Loup Bureau : Le Drian plaide sa libération à Ankara

15 septembre 2017 à 2h24 par Dolorès CHARLES

De nouvelles manifestations organisées demain de Nantes à Bruxelles pour demander la libération de Loup Bureau.

HIT WEST
Crédit: Jean-Yves Le Drian / Twitter

Une nouvelle manifestation aura lieu demain à Nantes, pour demander la libération de Loup Bureau, ce journaliste d’Orvault âgé de 27 ans, qui est emprisonné depuis 52 jours en Turquie. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en déplacement à Ankara hier, a plaidé sa cause. Il a aussi demandé aux autorités turques l’amélioration de ses conditions de détention, et à autoriser sa famille à lui rendre visite. Il est reproché à Loup Bureau d’être un membre coupable des YPG, un groupe défini comme terroriste armé en Turquie.






« Nous avons sollicité une procédure qui soit menée rapidement afin que notre compatriote puisse rentrer en France et retrouver les siens », a déclaré Jean-Yves Le Drian lors d'une conférence de presse avec son homologue turc Mevlüt Cavusoglu.


Plusieurs rassemblements demain pour réclamer sa libération


-Un grand rassemblement est organisé à Bruxelles à 11h place de la Bourse. Les participants seront invités à respecter une minute de silence, en solidarité avec Loup et à exprimer des messages de soutien, sur le sol de la bourse, à l’aide de craies. Il sera également possible d’écrire des cartes postales.

-Si vous êtes à Nantes, le comité vous encourage à venir écrire des cartes postales en turc pour exprimer votre solidarité avec Loup, place du Commerce de 15h à 20h. > http://urlz.fr/5MQJ

-Samedi également : une intervention intitulée "solidarité avec Loup Bureau" sous le thème "université populaire » sera organisée à 13h20 à la fête de l’Humanité à Paris, à l'Agora.

-Et enfin à la fête de l’Humanité à Paris, à 13H20 un atelier écriture sera proposé puis aura lieu un entretien avec Can Dundar et deux membres du comité intitulée "solidarité avec Loup Bureau" à 19H30, à l'Agora.




Les pétitions pour demander sa libération immédiate restent ouvertes sur les sites nantes et change.org