Les projets de logements sociaux gelés en Loire-Atlantique

11 octobre 2017 à 5h27 par Dolorès CHARLES

Les 13 bailleurs sociaux de Loire-Atlantique vont suspendre provisoirement le lancement de nouveaux programmes de logements sociaux, face aux mesures de baisse de loyers annoncées.

HIT WEST
Crédit: Dolorès Charles

Les projets de logements sociaux gelés. Les 13 bailleurs sociaux de Loire-Atlantique vont suspendre provisoirement le lancement de nouveaux programmes de logements sociaux, face aux mesures de baisse de loyers annoncées. Pour les bailleurs, la perte de recettes s’élèverait à près de 31 millions d’euros par an, soit l’équivalent des fonds propres qu’ils investissent dans la construction de 1 500 logements.

Le communiqué complet:

"Les treize bailleurs sociaux de la Loire-Atlantique ont décidé de suspendre provisoirement le lancement de nouveaux programmes de logements sociaux, en réaction aux mesures de baisse de
loyers prévues dans le projet de loi de finances pour 2018. En effet, le projet de loi de finances confirme et amplifie les menaces qui planent sur le logement social depuis les annonces gouvernementales de mi-septembre, contredisant la volonté affichée par le Président de la République de mettre en place un « choc de l’offre ».

Le projet de loi, dont l’examen devrait démarrer dans les prochaines semaines, prévoit en effet une baisse drastique des loyers du parc social pour compenser le désengagement de l’Etat du budget des APL. Pour les bailleurs sociaux de Loire-Atlantique, la perte de recettes s’élèverait à près de 31 millions d’euros chaque année, soit l’équivalent des fonds propres qu’ils investissent dans la construction de 1 500 logements.

En réaction à cette disposition, et dans l’attente d’en mesurer les conséquences exactes sur leurs stratégies de construction de nouveaux logements, de modernisation et d’entretien du parc existant, les bailleurs sociaux de Loire-Atlantique ont décidé solidairement d’un moratoire, à compter du 9 octobre et pour une durée d’un mois, sur le lancement de toute nouvelle opération de logement locatif, que ce soit en maîtrise d’ouvrage directe ou via l’achat auprès de promoteurs.

Pour Jean-Noël Freixinos, vice-président de l’USH des Pays de la Loire : « L’objectif des bailleurs sociaux n’est bien sûr pas de prendre en otage les entreprises du bâtiment et les promoteurs privés, qui sont nos partenaires. Le projet de loi remettant en cause notre modèle économique et l’équilibre de nos opérations, nous ne pouvons engager nos structures sans mesurer précisément l’impact de ce changement des règles du jeu. Nous avons besoin de quelques semaines pour le faire."