Les parisiens viennent se confiner dans l'Ouest

20 mars 2021 à 12h07 - Modifié : 21 mars 2021 à 15h19 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Gare de Vannes - Yann Launay

Comment freiner la 3è vague de l'épidémie de coronavirus ? L'exécutif a tranché : 21 millions de français seront reconfinés pour 4 semaines à partir de ce soir, et certains sont déjà arrivés par TGV en Bretagne. Reportage de Yann Launay.

Freine l'épidémie sans enfermer, c'est la volonté du gouvernement qui a annoncé jeudi soir que 21 millions de français seraient reconfinés pour 4 semaines (7 jours sur 7) au moins. Il s'agit des habitants de 16 départements : les régions Hauts de France et île de France, l'Eure, la Seine maritime et les Alpes maritimes. Dans ces territoires, les commerces non-essentiels ont fermé (à l'exception des libraires, disquaires et coiffeurs), les écoles et collèges restent ouverts, et les lycées proposeront dès lundi des demi-jauges pour les cours. Ces français confinés peuvent sortir dans un rayon de 10 kms, avec une attestation, sans durée limitée... Sinon, les déplacements inter régionaux sont interdits.


Paris Montparnasse - Bretagne


Dès jeudi soir, les TGV au départ de Paris-Montparnasse vers la Bretagne étaient complets – même chose ce vendredi globalement vers l’Ouest et le Sud-Ouest. En gare de Vannes, Yann Launay a rencontré des passagers :


Les passagers rencontrés sur le quai


"Entre être confiné dans un appartement et être confiné dans une maison, je préfère être confiné dans une maison tout simplement. Je me suis dit, je vais partir, j'ai mon père qui est originaire d'ici... Je vais rester en télétravail et après on verra, c'est plus agréable d'être ici forcément... J'avais prévu cette annonce là, c'est insupportable de ne pas pouvoir sortir quand on veut, d'avoir des attestations quand on sort... Si on a cette liberté de pouvoir circuler sur un rayon de 10 kms pourquoi a-t'on besoin d'une attestation, ça me parait assez absurde... Je suis à Vannes le temps d'un week-end avant de retourner à Paris pour le boulot et de passer les 4 prochaines semaines là-bas dans la joie et la bonne humeur..."






Parmi ces voyageurs venus de Paris : Jean, qui connaît mal la Bretagne, et qui va s'installer chez des amis. Il devait venir leur rendre visite un jour, mais l'annonce du reconfinement a précipité les choses. Jean ne voulait pas revivre le confinement du printemps 2020, et il juge incohérentes ces nouvelles mesures qui touchent 16 départements :


Jean


Jean : "J'avais prévu cette annonce... C'est insuportable d'avoir des attestations quand on sort... Si on a cette liberté de pouvoir circuler sur un rayon de 10 km, pourquoi a-t-on besoin d'une attestation ? Et pourquoi ne peut-on pas aller d'une région à une autre ? Journaliste : "Pour ne pas transporter le virus."  Jean : "Oui, mais si on prend ses précautions, les distances sanitaires... Il ne faut pas avoir peur... On va continuer à respecter les gestes barrières..."


La réaction des locaux


Comment réagissent les locaux, devant cet afflux ? La réponse de Mélinda et Johann, un couple de Vannetais :


Melinda et Johann


"On se doutait, en fait... Focément ils ont beaucoup de maisons secondaires, ils en profitent, mais bon, après on va voir les conséquences plus tard... Plus il y a de monde, plus il y a de risque de transmettre (...) Je serais Parisien, j'aurais sans doute fait pareil, mais comme j'habite ici, ça m'embête un peu. J'aurais fait pareil (...) Cela fait depuis décembre qu'ils annoncent une troisième vague en mars... Ils auraient peut-être pu faire quelque chose avant... On se dit : c'est quelques régions, mais est-ce que ce ne sera pas toute la France bientôt ? "


Pour le reste du pays, le couvre-feu est maintenu mais repoussé à 19 heures, en lien avec le prochain changement d'heure, qui interviendra le week-end du 27 mars. Quant à la campagne de vaccination avec AstraZezneca, elle a repris - Jean Castex s'est fait vacciné dès vendredi après-midi.


Trois grandes centres de vaccination


En Pays de la Loire, trois grands centres de vaccination devraient ouvrir à Nantes, Angers et Le Mans début avril. Ils pourraient traiter environ 10.000 injections par semaine, contre près de 3 000 pour le centre de Nantes-Nord aujourd’hui par exemple. A Nantes, ce grand centre de vaccination pourrait être le parc des expositions de La Beaujoire. À l’échelle de la région, 90% des résidents des EHPAD ou des unités de soins de longue durée - USLD - sont vaccinés. Pour les + de 75 ans, la couverture vaccinale approche les 40%, mais l'épidémie s'accélère chez les moins de 40 ans.


Les auto-tests arrivent


Les grandes surfaces étaient prêtes, mais elles n’ont pas le droit de vendre des autotests ce week-end, contrairement aux pharmacies. Motif, un article de loi considérant les autotests comme des "dispositifs médicaux de diagnostic in vitro", soumis au monopole pharmaceutique. Le Finistère lui a accueilli de nouveaux patients venus des Hauts-de-France, deux patients d’Amiens hospitalisés au centre hospitalier de Cornouaille à Quimper.