Les gendarmes jouent la proximité sur Facebook et ailleurs

25 avril 2018 à 14h10 par Cécile DAUGUET et Yann LAUNAY

C'est l'un des grands chantiers du quinquennat d'Emmanuel Macron : la police de sécurité du quotidien se met en place progressivement, dans l'Ouest comme dans toute la France. Objectif : renforcer la proximité des forces de l'ordre avec la population.

HIT WEST

Et dans les départements, très majoritaires, qui ne recevront pas d'effectifs supplémentaires, il s'agit pour la police et la gendarmerie de faire évoluer leurs méthodes :
 
Dans le Morbihan, par exemple, la gendarmerie veut généraliser les "groupes de prévention contact" : des équipes de gendarmes qui vont à la rencontre des habitants. Un test est mené sur le marché d'Arradon, près de Vannes, comme l'explique le Colonel Frédéric Massip, commandant du groupement de gendarmerie du Morbihan :

Écouter le podcast
 
"La première phase était un peu la surprise, de voir des gendarmes qui prennent le temps d'échanger, de discuter, mais à travers ce lien qui se crée, après il y a des signalements : "sur mon quartier j'ai vu un véhicule un peu bizarre qui circulait", cela nous permet d'identifier le véhicule, de se rendre compte s'il est fiché ou pas, et d'éviter la commission d'un cambriolage sur ce quartier.."
 
Il s'agit aussi de s'appuyer sur les nouvelles technologies, et tout particulièrement sur internet. En utilisant Facebook, par exemple, pour établir un lien avec les élèves des établissements scolaires :

Écouter le podcast

"Il y a un référent scolaire dans chaque brigade de gendarmerie. Ce référent crée un compte facebook, et les élèves peuvent échanger avec lui via ce réseau social, pour rechercher de l'information, pour signaler une situation de détresse (malheureusement on a trop de faits de harcèlements via les réseaux sociaux), pour créer du contact entre la gendarmerie et les jeunes, c'est beaucoup plus simple pour eux.."
 
Toujours pour renforcer le lien avec la population, un live Facebook sera organisé chaque mois, : pendant une heure, le commandant et son adjoint répondront à toutes les questions : le colonel Massip s'y engage 

Écouter le podcast
 
"Le but c'est d'avoir davantage de perception de la part de la population, et s'il y a des interrogations, des critiques, de tenter d'y répondre.. En fait on sort de notre zone de confort avec ce live Facebook mensuel. Tous les outils qui nous permettent de renforcer le lien avec la population et d'avoir une approche plus réactive visi à vis des enjeux de sécurité, sont les bienvenus, on ne s'interdit rien, d'où ces expérimentations.." 

Un reportage de Yann Launay