Actualités régionales

Les contrôles se multiplient dans les bars et les restos

27 juillet 2020 à 08h50 Par Emilie PLANTARD
Le préfet de Loire-Atlantique, à droite, était présent lors des contrôles à Nantes
Crédit photo : @Hit West

Les services vétérinaires de la DDPP renforcent leurs contrôles pendant la saison estivale, notamment sur les lieux touristiques. Nous les avons suivis à Nantes, où les 2 agents ont contrôle les cuisines de plusieurs restaurants, ainsi que le bon respect des mesures barrière.

La préfecture de Loire-Atlantique tient à maintenir une forme de pression sur les gérants de bars et de restaurants. Elle l’a encore prouvé jeudi 23 juillet dernier à Nantes, en organisant le suivi d’une équipe des services vétérinaires de la DDPP, de la Direction Départementale de la Protection à la Personne, dans le quartier animé du Bouffay à Nantes. L’objectif est de ces contrôles est désormais double, veiller au respect des normes d’hygiène au sein des établissements bien sûr, mais également celui des protocoles liés aux gestes barrière. Juan-Miguel Santiago est directeur adjoint de la direction départementale de la protection à la personne de Loire-Atlantique :

Écouter le podcast
"A l’occasion de ces contrôles-là, on va contrôler également les mesures barrière qui sont mises en place par les professionnels, qui permettent d’imposer des obligations vis-à-vis du personnel, c’est essentiel, on l’a vu à Pornichet, le port du masque notamment, le lavage des mains. Ensuite, l’information du consommateur. On va regarder si le consommateur est bien informé de l’obligation du port du masque à l’intérieur, s’il a à sa disposition du gel, et puis on va contrôler la disposition des lieux, l’espacement des tables."

CONTROLES DDPP AGENTS.JPG (981 KB)

Pas de verbalisation immédiate

La plupart du temps, les agents constatent le respect partiel ou total de ces règles… Mais ce n’est pas toujours le cas. Les compte-rendu négatifs sont alors transmis aux autorités compétentes, qui décideront d’éventuellement sanctionner l’établissement.

Écouter le podcast
"Si on constate des manquements, on va d’abord, dans cette période difficile, on va faire preuve de pédagogie. On va leur expliquer pour qu’elles puissent régler les petits détails que l’on voit. On va ensuite prévenir les autorités administratives, la mairie, le préfet, pour qu’éventuellement, dans les cas où il y aurait des mesures rapides à prendre parce qu’il y aurait un risque pour la population, on va les prévenir pour que des sanctions administratives soient prises dans les meilleurs délais. La sanction finale, c’est la fermeture."

Opération contrôle du préfet, en soirée

Le premier contrôle, dans un pub/brasserie de la spacieuse place du Bouffay à Nantes, est positif. Les serveurs portent un masque, les cuisiniers également, un affichage incite clairement les clients à faire de même. Gel hydroalcoolique, marquage au sol, distanciation entre les tables en terrasse… Tout y est. Valentin est chef cuisine au sein de l’établissement, il n’était pas inquiet du passage des contrôleurs.

Écouter le podcast
"En cuisine, on a tous un masque, on a un timer qui nous dit toutes les 30 minutes qu’il faut aller se laver les mains, comme ça on est sûr de ne pas oublier. On fait avec, on n’a pas le choix. C’est ce qui permet, en cas de contrôle, de se dire, on respecte ce qu’il faut. Comme ça les clients sont satisfaits aussi, il n’y pas de problème d’hygiène derrière. Je pense que si on ne respecte pas ça, ça peut être problématique pour nous. On n’a pas envie de fermer, donc on fait ce qu’il faut."

Ceux qui respectent... Ou pas

Un peu plus loin, la rue de la juiverie n’offre pas d’aussi bonnes conditions. Ruelle étroite, terrasses exiguës, établissements souvent étroits. L’un d’entre eux interpelle les agents, les serveurs ne portent pas de masque. La discussion s’engage avec le gérant qui les guide en salle puis en cuisine. L’hygiène est là… Pas les gestes barrière. Claudio Dumitru, un des 2 techniciens des services vétérinaires de la DDPP 44 revient sur les manquements qu’il a constatés ici :

Écouter le podcast
"Ce qui ne va pas, c’est que les tables sont trop proches, la règle d’1 mètre n’est pas respectée. L’affichage pour la clientèle des règles sanitaires ne sont pas indiquées, et enfin le personnel qui ne porte pas le masque, aussi bien en cuisine qu’en service. Là on va sensibiliser et on va rapporter ce qu’on a constaté à la préfecture qui prendra les mesures appropriées."

CONTROLES DDPP TERRASSE.JPG (959 KB)

Les difficultés liées aux gestes barrière

Le gérant du Byblos, Ramy Guimian, est coopératif. Il justifie le non-respect du port du masque par des problèmes de cœur… Reconnaît ses erreurs et les difficultés qu’il rencontre à appliquer les mesures imposées par le gouvernement.

Écouter le podcast
"(Ambiance) Alors déjà l‘affichage c’est important… Pour les clients quand ils rentrent dans l’établissement… Et il faut qu’ils aient le gel hydroalcoolique à l’entrée, chose qu’ils n’ont pas… D’accord… Il manquerait l’affichage, que je n’ai pas mis… Et espacer les tables ? Oui, c’est très compliqué avec la rue de la juiverie, on n’a pas de grandes terrasses, ici on est dans une rue très animée et on est très limités en place."

Des contraintes physiques qui s’ajoutent parfois au refus des clients de manger ailleurs qu’en terrasse… Les temps sont décidément difficiles pour les gérants et le personnel des bars et restaurants. La préfecture de Loire-Atlantique annonce par ailleurs une fermeture administrative de 2 mois d’un restaurant à Rezé, pour non-respect des mesures barrière.