Actualités régionales

Les Bronzés font du ski ont 40 ans !

22 novembre 2019 à 10h39 Par Alexandra BRUNOIS
Du ciné… Ce vendredi, ce sont les 40 ans des BRONZES FONT DU SKI ! Le film est sorti au cinéma le 22 novembre 1979. Retour sur ce film culte avec l'un de ses acteurs, Michel Blanc.

Ecoutez l’un des acteurs du Splendid, Michel Blanc qui était de passage dans l’émission « 1h avec » dimanche 10 novembre sur Hit West. Il a dévoilé des anecdotes sur le film culte et notamment sur la fameuse scène du télésiège « Quand te reverrais-je, pays merveilleux... »…

Écouter le podcast

« Moi je chantais « Etoile des neiges » mais ce n'était pas libre de droit, fallait payer et les ayants-droits demandaient une fortune absolue et le producteur ne voulait pas… Donc, il a demandé qu’on réécrive une autre chanson dont les paroles et la musique ne seraient pas « Etoile des neiges » mais dont les mouvements de lèvres seraient cohérents avec les mouvements de lèvres de quelqu’un qui chante « Etoile des Neiges »… sur le truc, j’ai chanté « Etoiles des Neiges » ».

40 ans plus tard, toutes les générations ressortent toujours des répliques du film culte…

Écouter le podcast

« Evidemment, on a écrit en espérant avoir du succès mais penser que 40 ans après, on ressortirait des phrases… et en plus parfois des mômes de 10ans… leurs parents n’étaient même pas nés quand on a écrit le film. Le Club Méditerranée ça a un peu changé (…) mais la neige c’est toujours la même quand on glisse on tombe (…) et il paraît que lorsqu’on est au ski, quand un télésiège tombe en panne, on entend « quand te reverrai-je… pays merveilleux ».

Michel Blanc revient sur la construction et le succès du Théâtre du Splendid dans les années 70 :

Écouter le podcast

« On était au lycée ensemble mis à part Balasko qui est arrivée plus tard. On était ensemble avec Jugnot et Lhermitte était avec Clavier et Marie-Anne Chazel était au truc de jeunes filles à côté. On travaillait comme des bêtes… on a entièrement construit un café-théâtre, 9 mois de travaux avec Marie-Anne qui faisait du marteau-piqueur dans le sous-sol, moi qui construisais les estrades en bois pour mettre les spectateurs, Clavier qui a attrapé l’appendicite parce qu’il n’arrivait pas à faire une espèce de sortie pour arriver dans les coulisses… 9 mois de travaux vraiment, béton et tout… Officiellement, on avait une salle qui autorisait 120 personnes et on en mettait 250… On faisait des bancs parce qu’on pouvait tasser les gens… »

L’interview intimiste de Michel Blanc est en intégralité sur hitwest.com rubrique « 1h avec », il a ouvert la boite à souvenirs pour retracer sa carrière avec Lucas.

https://www.hitwest.com/podcasts/podcasts-275/1