Les autotests covid disponibles dans les prochaines semaines

23 mars 2021 à 2h53 - Modifié : 23 mars 2021 à 5h12 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Yann Launay (archives Hit West)

Leur arrivée était annoncée comme imminente : les autotests covid ne sont en fait toujours pas disponibles, en France, et ne le seront pas avant plusieurs jours voire plusieurs semaines. Yann Launay a interrogé l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine.

Annoncés en grande surface et en pharmacie, les autotests ne sont à cette heure disponibles ni dans l'un, ni dans l'autre. La phase d'évaluation de ces tests n'est pas encore terminée, et on ne sait toujours pas s'ils seront réellement accessibles au grand public. Ce que l'on sait, c'est que ce seront des tests antigéniques nasaux, destinés aux plus de 15 ans. Le prélèvement se fera dans le nez, comme pour le fameux test nasopharyngé, mais tout de même plus facilement, comme l'explique Noëlle Davoust, pharmacienne en Ille-et-Vilaine et présidente bretonne de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine :

Noëlle Davoust 1

"On va avoir une sorte d'écouvillon plus petit, plus épais, que l'écouvillon nasopharyngé. On doit l'enfoncer simplement sur 3-4 cm, donc c'est plus confortable, moins traumatisant pour certains patients. Une expérimentation va être pratiquée pour être sûr que l'on a une fiabilité : si c'est pour mettre sur le marché des autotests qui n'ont pas la fiabilité, on va avoir des faux négatifs, des faux positifs, cela ne ressemble à rien..."

Une menace pour le suivi de la pandémie

Pour Noëlle Davoust, permettre la vente d'autotests covid en grande surface est une hérésie, et même une menace pour le suivi de la pandémie. L'accompagnement du patient est pour Noëlle Davoust incontournable :

Noëlle Davoust 2

"Je considère qu'une simple notice n'a pas l'impact d'un échange, d'une explication d'un individu à un autre individu. On va faire toute la pédagogie pour les consignes d'utilisation, on va le sensibiliser au contact-tracing : s'il n'y a pas de déclaration, comment savoir qui est positif, et s'inquiéter des cas contacts ? Donc c'est tout un parcours de soin qui doit être accompagné, organisé, contrôlé, aux mains des professionnels de santé, mais absolument pas aux mains de la grande surface..."

Une autre solution, le TROD

Autre limite de ces autotests : ils ne seraient pas remboursés par l'Assurance maladie, donc pas forcément accessibles aux publics les plus modestes. Pour Noëlle Davoust, finalement, pour avoir un test moins effrayant que le nasopharyngé, mais réalisé en toute sécurité, et remboursé, la solution serait le TROD : le "Test rapide d'orientation diagnostique". Une solution envisagée par la Haute Autorité de Santé :

Noëlle Davoust 3

"L'autotest a priori n'est pas pris en charge... Mais à partir du moment où c'est un professionnel de santé qui fait le prélèvement nasal, là peut-être qu'il y aurait une prise en charge... Les Tests rapides d'orientation diagnostique appartiennent au professionnel de santé qui va l'éxécuter. Les gens viennent en pharmacie, et on sera sur le prélèvement nasal, et pas nasopharyngé, et du coup on peut tracer vite, nous, parce qu'on a l'habitude, et le patient est déchargé de toute responsabilité..."

Une interview de Yann Launay.