Les apprentis ont aussi fait leur rentrée

8 septembre 2020 à 6h23 par Emilie PLANTARD

Si les chiffres des inscriptions en centres de formations étaient inquiétants en juin dernier, ils ne le sont plus du tout. Les apprentis et les entreprises ont fini par se trouver⬦ Rassurant !

HIT WEST
Crédit: @Chambre des métiers et de l'artisanat PDL / Facebook (2017)

Comme tous les élèves, les apprentis ont également repris le chemin des cours et des entreprises. Une rentrée 2020 très particulière, là aussi. Après le confinement, les centres de formation avaient dû annuler leurs portes ouvertes et peinaient à recruter des nouveaux jeunes. Après avoir mis en place des visites virtuelles, les chiffres se sont finalement améliorés et sont désormais rassurants, selon Joël Fourny, président de la Chambre des Métiers des Pays-de-la-Loire.

Écouter le podcast
"On avait quand même beaucoup d’inquiétudes par rapport au nombre d’apprentis et de contrats signés pour la rentrée 2020, on était sur des chiffres à moins 25, moins 30 en estimation. Et là, fin août, on est plutôt à moins 2% sur la région des Pays-de-la-Loire. On n’a pas un grand écart avec l’année 2019 et on sait que 2019 avait été une bonne année. Et en plus la loi permet maintenant une rentrée tout au long de l’année donc on a tendance dire qu’on aura une année identique, voire légèrement supérieure."

Des mesures encourageantes

2019 était une très bonne année en terme de chiffres, 2020 démarre donc de manière encourageante. L’intégration de l’apprentissage dans Parcours Sup, le changement de l’image de ces filières contribuent à ces bons chiffres. Mais cette année est particulière et le gouvernement a donné un autre coup de pouce.

Écouter le podcast
"Il y a eu une annonce sur le volet financier, 5000 euros pour les mineurs et 8000 euros pour les majeurs. Ça aussi ça a beaucoup aidé. Là où une entreprise hésitait étant donné le contexte économique, elle allait peut-être mettre un frein à la formation par l’apprentissage, là forcément avec l’aide financière, elle continue à s’engager. Donc ça aussi ça a contribué à ce qu’on ne reste pas campé sur des chiffres négatifs."

Des secteurs toujours à la peine

Malgré la crise économique qui se profile, les entreprises semblent donc suffisamment optimistes pour s’engager avec un jeune. Tous les secteurs ne sont toutefois pas sur la même lignée. Certains souffrent de ce contexte particulier. Et peinent à recruter.

Écouter le podcast
"Ça reste d’autant plus difficile que ce sont des secteurs qui sont très pénalisés par la crise actuelle. On a le secteur alimentaire par exemple, charcutier, traiteur… Et puis les métiers de la restauration et plus particulièrement le service en salle. Ce sont des secteurs qui restent encore délicats parce que déjà il y avait des jeunes qui portaient moins d’intérêt à ces activités-là, mais là on a aussi des entreprises qui sont en grande difficulté dans ces domaines –là. Il n’y a plus d’événementiel, il y a beaucoup moins d’activité donc les entreprises mettent un frein à l’engagement sur l’apprentissage. Et puis les jeunes y portent moins d’intérêt…"

Des améliorations encore possible

Les chiffres globaux de rentrée sont très encourageants et prouvent l’optimisme de nombreuses entreprises. La Chambre des Métiers reste toutefois prudente, la crise économique pourrait contraindre certaines d’entre elles à rompre les contrats d’apprentissage. Joël Fourny aimerait que le gouvernement anticipe cette situation.

Écouter le podcast
"Moi ce que je souhaiterais c’est qu’il y a ait une mesure juridique qui soit prise pour permettre le transfert du contrat d’apprentissage d’une entreprise à une autre, sans qu’il y ait rupture. Une entreprise qui serait en difficulté ou qui hésiterait aujourd’hui à s’engager, au risque de ne pas pouvoir assurer la formation sur sa durée, à un moment où le chef d’entreprise sent qu’il ne peut pas continuer, il pourrait trouver un collègue ou une autre entreprise pour pouvoir avoir la continuité, sans qu’il y ait rupture. Il y a encore des mesures qui ne coûtent rien, dans le sens de trouver une simplification administrative pour permettre ce transfert de contrat, sans difficulté."

A noter que désormais, les inscriptions peuvent se faire toute l’année dans un CFA ou un autre centre de formation. Renseignements auprès de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de votre région, Bretagne ou Pays-de-la-Loire.