Les anti-Amazon manifestent demain à Montbert

27 novembre 2020 à 4h00 - Modifié : 27 novembre 2020 à 9h32 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Collectif

Alors que l'enseigne Amazon a fait beaucoup parler ces dernières semaines, face à la bronca des "petits" commerces qui devaient rester fermés pour cause de confinement, un projet d'entrepôt est en cours à Montbert (44). Les opposants prévoient de manifester ce week-end.

Que ceux qui n’ont pas entendu parler d’Amazon ces temps-ci lèvent le doigt ! D’autant plus, si vous habitez les Pays de la Loire car un projet fait beaucoup parler, de par son ampleur. Amazon veut implanter à Montbert – entre Nantes et Montaigu – un entrepôt XXL d’une surface de 185 000 m2, qui desservira les livraisons du grand Ouest. A cette heure, le permis déposé est en cours d’instruction et une enquête publique verra le jour en 2021. Elle doit permettre aux habitants et riverains de s’informer, donner leur avis et d’exprimer leurs craintes vis-à-vis de cette plateforme contre laquelle un collectif d’écologistes et altermondialistes s’est créé.


Amazon # commerce de proximité


Parmi les défenseurs du projet, Johann Boblin, Président (LR) de la Communauté de communes de Grand-Lieu. Pour le maire de La Chevrolière, il ne s’agit pas d’opposer Amazon (USA) au commerce de proximité :


Écouter le podcast


« Nos concitoyens utilisent à la fois le commerce de proximité, vont dans les grandes surfaces et font des achats en ligne, de toute façon nos habitudes de consommation évoluent. Je pense qu’il faut plutôt les accompagner… faire en sorte que toutes nos entreprises y compris les commerces de proximité puissent bénéficier de l’apport de ces plateformes, qui permettent de développer du commerce en ligne et qui correspond quelque part aux nouvelles habitudes de consommation de nos concitoyens. »






Ce projet d’implantation de l’enseigne américaine est né il y a plusieurs mois, et il poursuit aujourd’hui son chemin administratif, avant enquête publique. C’est à l’issue de celle-ci que le projet pourra être révisé, amendé, voire redimensionné ? La réponse de Johann Boblin :


Écouter le podcast


« Je ne sais pas si cela peut aller jusqu’à redimensionner le projet, pour autant le projet devra répondre à des questions qui sont déjà posées dans le débat public sur la circulation, la qualité environnementale du bâtiment... Pour ma part, pour avoir suivi le permis de construire qui a été déposé, je sais qu’un certain nombre d’initiatives ont été prises par l’entreprise, et peut-être que ces initiatives peuvent aller plus loin… et ça ce sera le fruit aussi du débat public. »


Points noirs, l'ampleur du site, le trafic routier et l'éthique d'Amazon 





Parmi les griefs des opposants, la circulation des camions transportant les colis, qui vont encombrer les axes dans le secteur de Montbert. Dernièrement, un pique-nique de contestation s’est tenu sur place, et on peut penser que les plus fervents défenseurs de l’environnement et altermondialistes s’y installent pour faire capoter le projet… en montant une ZAD - une Zone à Défendre :


Écouter le podcast


« Si on ne permet pas la réalisation de ces plateformes, finalement nos consommateurs qui utiliseront le service Amazon, comme C Discount … feront que les camions vont venir directement d’Espagne, de Belgique ou d’Allemagne, et en termes de pollution je pense que ce sera bien pire que la construction d’une plateforme… Concernant la ZAD ou le risque d’une ZAD, je rappelle que le projet s’implanterait sur une ancienne friche hospitalière, qui était complètement artificialisée et imperméabilisée ! En aucun cas, on ne prend des espaces agricoles et naturels. Au contraire on est dans le cadre d’une reconversion d’une friche. »


Boblin2.jpg (442 KB)


Johann Boblin


Les opposants dénoncent aussi les valeurs non-éthiques d'Amazon, et les pratiques déloyales de l'enseigne sur le plan fiscal. Sur ce point, le président de la Communauté de communes de Grand-Lieu Johann Boblin botte en touche :


Écouter le podcast


« Je suis d’accord sur le fait qu’il faut être exigent sur un certain nombre de valeurs mais je rappelle que tout ce qui concerne le droit fiscal ou ce qui concerne le droit du travail c’est le législateur qui légifère c’est le gouvernement qui vous propose des lois. Nous en tant qu’élus locaux on n’a pas la main sur ces problématiques … encore une fois je comprends parfaitement qu’il faille respecter les valeurs qui sont de notre pays, en l’occurrence ce ne sont pas malheureusement les élus locaux qi peuvent agir mais bien le gouvernement et les législateurs"


L'emploi, point positif par ces temps de crise


Principal avantage de ce projet pour le territoire, l’emploi pour Johann Boblin, et par ces temps de crise économique, c’est à mettre en avant :


Écouter le podcast


« On va connaître une conjoncture économique, qui sera catastrophique avec la destruction de dizaines de milliers d’emplois ne serait-ce qu’en Loire-Atlantique. Il suffit d’ouvrir les journaux pour voir les entreprises qui sont mises en redressement ou en liquidation. Nous avons la possibilité d’accueillir cette plateforme, encore une fois elle s’appelle Amazon ou tout autre ce sont quand même 800 à un millier d’emplois à la clef, probablement près du double en période forte… Il me semble que dans ces circonstances, notre rôle est de permettre l’implantation d’entreprises et la création d’emplois sur le territoire… »


Au delà de ces créations d'emploi, c'est aussi l'assurance pour les collectivités locales de recettes fiscales.



Une manifestation doit avoir lieu ce week-end – ce samedi 28 novembre - sur le site, après un pique-nique de contestation qui avait réuni il y a une dizaine de jours 300 opposants. Un grand rassemblement au Lieu-dit « Le Butay » à Montbert, à l'initiative de stop-amazon 44, réunissant de nombreux collectifs, élus écologistes et associations. Par prévention, le préfet de la Loire-Atlantique a interdit jusqu'à lundi le transport d'armes et de matières dangereuses sur le département.


Une campagne de soutien au commerce de proximité à Nantes


L'association de commerçants "Plein Centre", Moneko et Stop Amazon 44 s'unissent pour soutenir le commerce de proximité et contrer le développement d’Amazon dans la ville. Tous lancent conjointement une campagne de communication pour inciter les citoyens et citoyennes à reprendre la main sur leurs actes de consommation : « A Nantes, je soutiens les commerces dans ma zone ». Cette campagne se déroule en ligne et chez les commerçants ouverts et volontaires.