Le Zenpro : le semi-rigide breton tout électrique

20 septembre 2018 à 4h38 par Alexandra BRUNOIS

C'est la semaine européenne de la mobilité⬦ Focus pour l'occasion sur l'électrique qui gagne du terrain sur la route mais aussi sur l'eau ! Un chantier morbihannais lance le premier semi-rigide 100% électrique capable des mêmes performances qu'un bateau à moteur thermique : le Zenpro.

HIT WEST

D'une longueur de 5m80, le "Zenpro" est doté d'une coque en métal -fabriquée en Loire-Atlantique, entourée de boudins spécialement conçus dans le Morbihan, et d'un moteur allemand.

Le bateau peut filer à 25 noeuds et dispose de 12 heures d'autonomie, et pourtant les batteries restent discrètes. Une équation que de grands constructeurs n'avaient pas réussi à résoudre... alors comment la petite entreprise morbihannaise s'y est-elle pris ? La réponse de Bérenger Laurent, responsable développement chez Naviwatt :


Écouter le podcast
"On est vraiment parti de zéro, on a redessiné une coque de A à Z. C'est un bateau qui est léger. Les épaisseurs de tôle sont calculées au millimètre. La batterie a été complètement intégrée dans la structure du bateau, on ne la voit pas. C'était l'un des challenges de ce projet."






Le "Zenpro" a été conçu pour lever les inquiétudes en termes de sécurité. Il répond aux normes les plus strictes, établies après l'explosion il y a quelques années d'un bateau électrique à Saint-Quay-Portrieux :

Écouter le podcast
"le Zenpro n'exposera pas, il y a toutes les sécurités à bord pour éviter un quelconque problème. Imaginons qu'un bateau à côté prenne feu : la batterie se mettrait à chauffer, mais il y a un système de ventilation forcée qui permettrait d'évacuer les gaz chauds ou toxiques qui pourraient émaner de la batterie."

Le bateau sera commercialisé à un prix supérieur à un semi-rigide à moteur thermique de taille équivalente... mais l'acheteur économisera le carburant, l'huile et l'entretien inhérents au moteur diesel... Quels sont alors les domaines d'application, les clients visés par Naviwatt ? La réponse de Bérenger Laurent :

Écouter le podcast
"Initialement, on a fait ce bateau pour les ports de plaisance, mais on a réalisé qu'il y avait beaucoup de demande, dans d'autres domaines, comme les voies navigables de France, les parcs naturels, les lacs interdits aux moteurs, les expéditions en Antarctique..."


Une interview de Yann LAUNAY