Le triporteur, une bouffée d’air à l’Ephad !

30 juillet 2019 à 13h00 par Emilie PLANTARD

Plusieurs associations se mettent à disposition des Ephad pour balader leurs résidents. A Nantes, la ville en acheté 2, pour le plus grand plaisir des personnes âgées.

HIT WEST
Crédit: Hit West

Se balader, cheveux au vent… C’est le petit bonheur de Mme Queré, confortablement installée sur la banquette du triporteur piloté par Marion Beauvais, la directrice de l’Ephad de la Madeleine.


Écouter le podcast


(Ambiance) "On part pour une demi-heure, une heure. Si on fait froid, on peut mettre une petite couverture sur les jambes, s’il pleut on peut installer la capote… Et du coup tout le long du parcours, l’idée c’est de profiter, d’observer et de partager tous ensemble… On se promène dans les rues qu’on ne connaissait pas… Oui c’est bien !"


Un bien joli convoi !


A leur passage, les gens sourient. L’image, il faut dire, n’est pas banale, même si on peut déjà croiser de tels équipages en Bretagne et Pays-de-Loire. Après avoir testé le dispositif avec l’association A Vélo à Tout Age, la ville de Nantes a fait le choix d’investir dans 2 véhicules et de les mettre à disposition des 4 Ephad qui en ont fait la demande. A La Madeleine, on s’est très vite convaincus de l’intérêt de ces sorties organisées plusieurs fois par semaine, en alternance avec l’hirondelle de Sèvre, un autre Ephad. Anne Chartier est animatrice au sein de l’établissement, elle ne trouve que des bénéfices à cette nouvelle activité.


Écouter le podcast


"Les résidents se libèrent. Ils sont heureux de sortir, de découvrir des choses et là on les chouchoute puisqu’on est un pour un. C’est une autre façon de faire de l’animation. Même les personnes qui ne parlent pas, le corps exprime quelque chose de positif. Et souvent quand ils reviennent ils ont plein de choses à raconter, ça créé du lien. Pour mes collègues aussi, c’est sortir du soin, sortir de l’hôtellerie, c’est aller vers autre chose et découvrir aussi les résidents dans un autre contexte et ça aussi c’est positif."




Le triporteur a besoin de bénévoles


Oui mais voilà, pour promener les aînés, il faut pousser ! A La Madeleine, ils sont 8 salariés à s’être lancés dans l’aventure, mais c’est loin d’être suffisant. L’établissement fait donc appel aux bonne âmes pour les relayer. Prendre les commandes du triporteur à assistance électrique nécessite une demi-heure de formation, avant de se lancer sur les différents parcours. Marion Beauvais :


Écouter le podcast


"L’idée c’est de trouver davantage de bénévoles. Du personnel aussi mais c’est vrai que c’est difficile de dégager du temps. Toute personne, qu’il porte son âge, qui se sent de consacrer une heure à 2 heures de son temps, une fois par semaine ou une fois par mois. Il y a 2 choses : Il faut aimer pédaler et aimer la relation avec les personnes âgées."


Que du bonheur !


Il n’est pas toujours facile de convaincre les personnes âgées de se laisser conduire sur ce vélo des temps modernes… Mais une fois le pas franchi, ils y prennent goût !


"On l’a fait il n’y a pas très longtemps, vers l’éléphant avec Guillaume, c’était très très bien… C’était formidable. J’ai fait les bords de Loire, j’ai revu mon quartier, Beaulieu, où j’habite. J’étais avec une dame on a bien rigolé parce que l’agent qui pédale était très gai… C’était super !"


L’Ephad dispose du triporteur toutes les 3 semaines. L’objectif serait de monter une équipe de bénévoles réguliers afin de pouvoir organiser une sortie tous les jours. Si vous êtes intéressé, veuillez contacter l’Ephad de la Madeleine au 02.40.89.01.00