Actualités régionales

Le Pen Duick est comme neuf !

20 mai 2019 à 07h25 Par Katell LAGRE
Crédit photo : Yann LAUNAY

Après un an et demi de restauration et 13 000 heures de travail, Pen Duick, le mythique bateau d'Eric Tabarly, va reprendre la mer.

Le Pen Duick, construit en Irlande en 1898, avait été restauré par Eric Tabarly en 1958, à la Trinité sur Mer. Le marin avait recouvert la coque de bois d'une coque en polyester, la plus grande de ce type à l'époque.

Jacqueline Tabarly admirant le travail de réfection

C'est en convoyant Pen Duick, qu'Eric Tabarly avait trouvé la mort, en 1998. Depuis, le bateau s'était dégradé, sa charpente et sa coque étaient entièrement à reprendre, et c'est le chantier du Guip, à Brest, qui s'en est chargé.
Un défi technique, comme l'explique Yann Mauffret, patron du chantier du Guip :

Écouter le podcast
"Ce qui a été complexe, c'est que le bateau était très déformé.. Mais il a été restauré tel qu"il avait été restauré par Eric Tabarly en 1958.. La question s'était posée de moderniser, mais les Monuments historiques et la famille ont tranché : c'est la construction de 1958 qui porte l'histoire d'Eric Tabarly, c'est un témoin d'une histoire et il faut qu'il reste conforme à son histoire..."

L'équipe de restauration n'a pas compté ses efforts pour rendre à ce bateau classé monument historique la perfection de ses lignes :

Écouter le podcast
"On a passé 3 à 4 semaines simplement à poncer, à retrouver les formes.. On a retrouvé l'arrête d'origine, d'une très grande élégance.. C'est un bateau emblématique, c'est sans doute pour les Français, et même en Europe, le bateau le plus connu.. C'est un rêve absolu, c'est LE bateau.."

Les ouvriers polissant la coque du Pen Duick

Cette renaissance est un moment d'intense émotion pour Jacqueline Tabarly , la veuve d'Eric, pour qui ce voilier est évidemment beaucoup plus qu'un bateau :

Écouter le podcast
"Il représente du bonheur, il représente de l'obstination, il représente du chagrin aussi, c'est sur ce bateau que mon mari est parti.. quelle belle mort il a eu.. Il faut regarder en avant, il disait toujours : il faut regarder en avant."

Clara en pleine restauration sur le Pen Duick

La restauration a été menée par le chanier du Guip, avec la participation du chantier de Pors Moro à Pont l'Abbé et de Keroman à Lorient. Toute l'équipe ressent une grande fierté d'avoir participé à cette renaissance, à l'image de Clara, 23 ans, peintre au chantier de Pors Moro :

Écouter le podcast
"Dans ma famille, on est tous fans d'Eric Tabarly et de tout ce qu'il a fait en mer... Il y a un peu de pression, quand même, quand on sait que c'est Pen Duick, c'est sacré.. il fait parti du patrimoine français.. et quand on voit le résultat final, on est très contents.."

Pen Duick a été remis à l'eau samedi à Lorient, à la Cité de la voile. Il va retrouver son mât et ses voiles cette semaine. La première navigation est prévue du 27 mai au 2 juin à l'occasion de la Semaine du Golfe.
Le budget nécessaire à la restauration n'est pas encore complètement bouclé : il manquerait entre 150 000 et 200 000 euros. Un financement participatif est en cours sur la plate-forme https://www.gwenneg.bzh/fr/PenDuick

Reportage de Yann Launay.