Le monde du spectacle n’est pas à la fête...

9 avril 2020 à 8h30 par Emilie PLANTARD

Musique, photo, cinéma⬦ Les festivals sont nombreux en Bretagne tout au long de l'année mais 2020 sera certainement une des plus tristes. Avec eux, c'est le monde du spectacle tout entier qui souffre.

HIT WEST
Le Hellfest 2020 est annulé
Crédit: @Hit West

Panorama à Morlaix : Annulé. Mythos à Rennes : Annulé. Don Jigi Fest à Vitré : Annulé. Et la liste devrait continuer à s’allonger tant que durera l’interdiction de rassemblement dans le pays en crise sanitaire. Ces 3 festivals, qui devaient avoir lieu entre fin mars et mi-avril, accusent le coup. Les billets étaient vendus, les contrats signés, les scènes quasi prêtes… Cette interdiction de dernière minute est un coup fatal contre lequel ils n’ont rien pu faire.

Maryline Lair est directrice du Collectif des Festivals dont font partie les 3 festivals annulés.   

Écouter le podcast

"Pour ces trois-là, les collectivités jouent vraiment le jeu parce qu’elles maintiennent leurs aides, parce que ce sont des festivals qui ont dû annuler alors qu’ils avaient déjà engagé des frais. Les embauches, les intermittents, les préparations de site, les signatures de contrats… Donc la question, elle est vraiment de savoir au cas par cas, pour tels types de contrats, quels sont les dispositifs mis en place. Donc pour le régime général, pour beaucoup, ils ont mis en place le chômage partiel, et donc se pose la question des intermittents parce qu’on n’a toujours pas le décret pour mettre en place le chômage partiel pour eux."

Le milieu joue la solidarité

Car les artistes, les techniciens, les agents de sécurité… Ils sont nombreux à faire vivre le monde du spectacle, actuellement à l’arrêt. Le statut particulier des intermittents leur impose de travailler 507 heures par an pour toucher des droits au chômage. Mais après 2 ou 3 mois sans travailler, certains craignent pour leur statut. L’Etat promet donc de geler toute la période de confinement et de continuer à indemniser ceux qui seraient en fin de droits. Les festivals quant à eux, se sont engagés à rémunérer tout travail effectué dans le cadre de la création d’un spectacle. Des artistes, quant à eux, ont accepté d’annuler leurs contrats. La solidarité doit jouer dans ces moments difficiles. Maryline Lair :

Écouter le podcast

"Tout le monde est en difficulté. Les festivals ont intérêt à ce que les artistes s’en sortent et les artistes ont intérêt à ce que les festivals s’en sortent. Donc si d’autres festivals annulent, ça devrait continuer à bien se passer je pense. Les inquiétudes, elles vont être pour les plus fragiles. On n’a pas du tout de visibilité sur les festivals qui vont annuler, comment ils vont s’en sortir, comment ils vont repartir… On n’a pas de visibilité là-dessus."

Des structures plus fragiles que d'autres 

Si les collectivités jouent le jeu des subventions, tous les festivals n’en bénéficient pas… Tous restent quoi qu’il en soit des organismes fragiles et ces nécessités d’annulation ou de report sont des coups durs dont certains vont avoir du mal à se relever. Des éventuelles baisses de fréquentation liées à la crise, ne seraient pas un meilleur scénario.

Écouter le podcast

"Pour les festivals qui vivent uniquement sur leurs billetteries, l’inquiétude est grande parce que la billetterie est au point mort et pour les festivals qui ont très peu de subventions et qui vivent uniquement sur la billetterie, depuis plusieurs années, on alerte sur le fait que le festival est à l’équilibre, en gros, quand il est complet, et donc chaque prise de risque sur le fait d’avoir une jauge aux ¾ ou à ½ peut engendrer un déficit suffisamment important pour mettre en péril le festival."

Le Hellfest vient d'annoncer l'annulation de sa prochaine édition en juin. Écoutez l'interview du responsable de la communication du HellFest en cliquant ici...

Le festival La Nuit de L’Erdre n’a pas encore pris de décision quant à une éventuelle annulation. Les Vieilles Charrues, complet par ailleurs, et tous les autres festivals attendent d’éventuelles décisions de l’Etat quant au maintien des rassemblements cet été.