Le mobilier du Nid est parti aux enchères

4 février 2021 à 15h57 - Modifié : 4 février 2021 à 19h39 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Cédric Mané (Hit West)

Vente aux enchères symbolique ce jeudi à Nantes, avec le mobilier du "Nid" à acquérir à l'Hôtel des ventes Talma, quartier Saint-Donatien.

C'est un haut lieu la nuit nantaise qui s'est éteint, haut parce qu'il était connu des noctambules, mais aussi parce qu'il était situé au dernier étage de la Tour Bretagne. Ce lieu, c'est le bar panoramique baptisé "Le nid" bien évidemment... L'endroit est fermé comme toute la tour d’ailleurs, pour cause de travaux de désamiantage. C’est pour cette raison que cet après-midi (jeudi 4 février), le mobilier original et design du Nid, créé par l'artiste Jean Jullien était mis aux enchères. Une cinquantaine de lots de mobilier et éléments de décoration, et parmi les pièces recherchées, la cigogne de l’artiste qui a été découpée, les yeux d’un côté et le bec de l’autre.

Le clou de la vente : le bec de la cigogne

Le fameux bec et ses 2,30 mètres est parti à 750 euros, c'était le clou de cette vente. Mais les tables et coussins en forme d'oeufs, emblématiques du Nid, et réalisés pour le Voyage à Nantes, ont attiré les nostalgiques du dance-floor nantais. Cédric Mané était sur place, et il a rencontré Vincent. Quel que soit l'objet, les acheteurs sont venus d'abord pour tenter d'acquérir un petit bout du patrimoine nantais :

Écouter le podcast

« J’avais repéré le bec, mais selon moi il est parti à un prix d’ailleurs très bas, c’est l’un des objets les plus symboliques et je m’attendais à des enchères beaucoup plus élevées. La personne qui a eu la chance de l’acquérir a fait une très bonne affaire, à mon avis. Cela dépend de la qualité réelle de l’objet, son symbolisme et sa valeur réelle parce que malgré tout ce sont des enchères… »

Le-Nid-vente-a@cm.jpg (127 KB)

Écouter le podcast

"Je trouve que c’est assez rare d’avoir des ventes sur des objets patrimoniaux urbains, en tout cas qui parlent à des habitants d’une ville. Je pense que c’est un endroit de mémoire, j’ai eu l’occasion d’y aller une ou deux fois dans cet endroit avant qu’il ne ferme. C’est un endroit de mémoire. La part symbolique des objets comme les yeux sont plutôt intéressants, en soi... Est-ce que les sièges sont plus faciles à acquérir, vu qu’il y en a plus ? Pas forcément, j’aurais moins d’intérêt pour l’utilité des sièges en soit. Mais effectivement j’ai vu que les gens sont intéressés pour avoir quelque chose d’historique… et d’utile."

Tanguy est venu chercher des souvenirs

Tanguy a vécu des soirées au Nid, et c'est du souvenir qu'il est venu chercher :

Écouter le podcast

"On est venu pour acheter les œufs du « Nid ». C’est la première fois que je fais une enchère, j’ai passé plein de soirées au « Nid ». Si vous voulez tout savoir j’ai essayé deux fois d’en voler un, j’ai failli réussir, mais je me suis arrêté aux portes battantes du « Nid ». On a réfléchi à tout, prendre la poussette, le gilet de sécurité, mais la meilleure méthode c’est sous le manteau. Pour avoir un lot de sièges et table « œufs », je mettrais 800 euros."

Il fallait mettre un peu plus cher, puisque ce mobilier - ces "chaises et tables" créés par l'artiste Jean Julien - est parti à 900 ou 1000 euros selon les lots.

Le-Nid-vente-b@cm.jpg (133 KB)