Actualités régionales

Le gaspillage alimentaire, où en est-on ?

Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : Pixabay

C’était hier la Journée mondiale de l’alimentation et la journée nationale contre le gaspillage alimentaire. Le point avec Guillaume Garot.

Chaque année, ce sont 10 millions de tonnes de nourriture qui seraient jetées à la poubelle, selon l’Ademe. Pour limiter le gaspillage tout le monde s’y met, les commerces, la grande distribution et aussi un peu nous – les citoyens… Objectif de la France, réduire de moitié son gaspillage alimentaire d’ici à 2025. Trois ans après l’adoption de la Loi sur le gaspillage alimentaire à l’assemblée, où en est-on ? Julie et Fabien avaient invité hier le papa de cette loi, le député socialiste de la Mayenne, Guillaume Garot, qui a notamment insisté sur la pédagogie, surtout envers les jeunes pour parvenir à cet objectif.

Écouter le podcast

"On doit être contre le gaspillage alimentaire beaucoup plus volontaristes sur l'éducation à la lutte contre le gaspillage, l'éducation à l'alimentation, et je pense qu'il faut transmettre aux jeunes générations des repères ... des repères nutritionnels, des repères pour bien se nourrir, et des repères aussi pour ne pas jeter la nourriture... pour respecter l'alimentation et respecter du coup le travail de ceux qui ont produit l'alimentation. Je pense aux agriculteurs, à tous les producteurs... et je pense évidemment à tous ceux qui travaillent et ils sont nombreux dans notre région dans l'industrie de l'alimentation."

Un bilan positif

Globalement, le bilan de cette loi est plutôt positif avec des dons qui ont augmenté de 23% pour les Restos du Cœur ou la Banque Alimentaire par exemple, mais il faut aller encore plus loin pour Guillaume Garot.

Écouter le podcast

"Il y a encore des choses à améliorer, et les associations & les bénévoles sur le terrain me disent parfois que la qualité du don n'est pas au rendez-vous ... parce qu'ils reçoivent des produits qui sont datés du jour même donc évidemment soit on les redistribue le jour soit ils ne peuvent plus être redistribués. Il y a encore des choses à améliorer mais ça va dans le bon sens... et le bon sens c'est quoi ... c'est de lutter contre le gaspillage alimentaire mais c'est aussi accentuer et accélérer la générosité et la solidarité dans notre pays."

L'interview dans son intégralité à retrouver en replay sur notre site.