Le don de moelle osseuse encouragé cette semaine

2 avril 2019 à 4h05 par Dolorès CHARLES

C'est la semaine de sensibilisation au don de moelle osseuse, qui permet de soigner les maladies du sang, comme la leucémie.

HIT WEST
Crédit: @moelleosseuse

Quand on décide de donner sa moelle osseuse, à ne pas confondre avec la moelle épinière, on est inscrit sur un registre où figure notre groupage tissulaire, ce sont nos caractéristiques génétiques, et c’est réalisé par une simple prise de sang ou une analyse de la salive de la bouche. Si un jour une compatibilité apparait avec un malade, le prélèvement est effectué. C’est ce qui est arrivé à Clémentine, étudiante alors en 2012, et interrogée par Cécile Dauguet.

Écouter le podcast

"Quand j’ai reçu le coup de fil, j’étais ravie, mais pas du tout angoissée. C’est quand même une démarche assez réfléchie. A partir du moment où j’ai reçu cet appel, j’étais motivée aussi pour me rendre disponible, parce que je savais que quelqu’un derrière attendait. Ca devient concret. Parce que quand on s’inscrit, on se dit je le fais et on verra bien. A partir de l’appel on sait qu’il y a quelqu’un qui a l’espoir de guérir. Bien sûr on peut faire marche arrière, mais quand on se met dans une démarche comme la mienne on a envie d’y aller et foncer."

"On en sort grandi"

Écouter le podcast

"Moi j’ai envie que les gens comprennent que ce n’est pas si compliqué que cela. Ce n’est pas de la moelle épinière, c’est de la moelle osseuse, ce sont deux choses différentes. On sauve réellement des vies en faisant ce don. Ca a motivé des gens comme ma petite sœur qui s’est inscrite. On en sort grandi en se disant peut-être qu’on a sauvé quelqu’un, peut-être pas, mais au moins on lui aura donné l’espoir de quelque chose."

Clémentine sait juste que son receveur vivait à l’étranger, mais elle ne sait pas s’il a pu guérir.

Écouter le podcast

"Au début je me disais c’est un peu dur de ne pas savoir, mais avec le recul je me dis c’est bien, parce que si ça n’a pas marché, je ne serai pas déçue de l’avoir fait. Je ne pourrai pas dire, j’ai fait un don mais ça n’a servi à rien. Non ce don n’a pas servi à rien, même si au bout peut-être que la personne n’a pas été guérie, du coup j’ai toujours l’espoir que ça ai servi. C’est quelque chose qu’on fait gratuitement pour une personne qu’on ne connait pas. Ca lui a déjà donné un espoir, c’est déjà quelque chose d’important."

En France le don est gratuit et anonyme. Cette année, la campagne cherche à recruter des personnes ayant moins de 35 ans, et en particulier des hommes. Plus d’infos sur le site, www.dondemoelleosseuse.fr