Le difficile recrutement des policiers municipaux à Nantes

5 février 2021 à 7h13 - Modifié : 5 février 2021 à 7h39 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: pixabay

Des horaires élargis pour les policiers municipaux, des recrutements compliqués, et une police métropolitaine des transports en commun, aujourd'hui sur le terrain à Nantes. On fait un point "sécurité à Nantes" avec Cédric Mané.

70 policiers municipaux supplémentaires à Nantes, en plus des 120 déjà sur le terrain : c’est la promesse de campagne de Johanna Rolland élue au printemps. Mais ce n’est pas aussi simple de recruter, les candidats sont rares, et la cité des Ducs doit aussi faire face à la concurrence d’autres villes, qui renforcent leurs effectifs de police municipale. D'autres raisons expliquent ce manque d'attrait par la fonction, Cédric Mané :

Écouter le podcast

"Toutes les grandes villes avaient inscrit l’augmentation du nombre de policiers municipaux dans leur programme, dont Nantes. Résultat, il faut beaucoup de candidats mais il ne sont pas assez, d’autant qu’il n’y a pas que les grandes agglomérations sur les rangs, les futurs agents postulent dans les petites villes où le quotidien est supposé moins dangereux... Autre explication, la formation donnée par un Centre national de formation à la fonction publique territoriale, qui dure six mois. Il y a aussi la capacité tout simplement à exercer cette fonction, beaucoup de candidats sont recalés… Enfin il y a la compatibilité idéologique, certains veulent être équipés d’armes à feu, mais à Nantes les élus se refusent pour l’instant à les équiper d’une arme... Seul le taser fait partie de l'équipement."

Beaucoup de villes ont inscrit cette mesure dans leur programme en 2020 : Pascal Bolo, élu en charge des questions de sécurité à la mairie de Nantes, avec Cédric Mané :

Écouter le podcast

"Les élections ont lieu à la même date pour tout le monde, donc le moment où on commence à remplir les engagements électoraux se trouve à la même date ... Ce qui fait qu'on est tout confrontés au même problème, coincés par le rythme des formations du Centre national de la Fonction publique Territoriale, qui a son propre calendrier et qui fait que il aurait été inutile d'affirmer qu'on va créer 70 postes de police municipale parce qu'on sait très bien matériellement que si on arrive à en recruter 29 ce sera déjà bien... Si on peut aller plus vite, on ira plus vite".

Les horaires de la police municipale élargis

Une partie des 29 postes créés cette année sera totalement mobile, et de service de jour comme de nuit :

Écouter le podcast

"Certains policiers municipaux seront missionnés pour faire de l'ilotage, des agents vont être spécialisés dans l'ilotage, pas forcément dans les quartiers dits sensibles, ça sera aussi en centre ville le soir ou très tard la nuit. Cela veut dire  : mobilité, patrouille à pied, contact direct avec la population, avec ce rôle de rassurer, d'apaiser, un rôle de médiation, et parfois de se confronter avec des gens qui ne respectent pas les règles..."

Hier la Ville de Nantes a annoncé que les horaires de la police municipale seraient élargis. Les agents assureront des prolongations à 2h du matin deux jeudis soirs par mois, et tous les vendredis soirs. Par ailleurs la police métropolitaine des transports sera bientôt lancée. Les 32 agents recrutés seront chargés d’assurer la sécurité dans les bus et tramways de l’agglomération. Une urgence pour la CFDT qui a relevé en un mois 25 actes de violence contre des femmes, contrôleuses ou usagères de la TAN.

Communiqué de Nantes

"Priorité du mandat, la sécurité est un droit qui fait partie de l’égalité réelle pour chaque habitante, chaque habitant, où qu’il habite, quelle que soit son activité, les lieux qu’il fréquente, ses horaires de déplacement. Pour répondre à la situation spécifique dans les transports en commun, la création d’une police métropolitaine des transports en commun (PMTC) a été décidée avec les 24 communes et est aujourd’hui sur le terrain. Par ailleurs, comme elle s’y était engagée à l’occasion des élections municipales, Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole travaille à un nouveau contrat de sécurité avec l’État, en charge de cette compétence régalienne, afin que chacun mobilise les moyens humains et financiers nécessaires.

« C’est une bataille que nous menons avec la plus grande détermination. Les équipes sont à pied d’oeuvre » précise Johanna Rolland qui salue leur engagement, sous la responsabilité de Pascal Bolo, adjoint à la tranquillité publique. Des engagements forts ont en effet été pris devant les Nantaises et les Nantais : le recrutement de 70 nouveaux policiers municipaux dans le mandat, la création de deux postes mobiles de la Police municipale, une brigade spécialisée de 24 agents pour l’îlotage dans les quartiers, le développement de la vidéoprotection, sans oublier les actions de prévention et de médiation. Johanna Rolland vient d’annoncer quelques nouveautés.

L'élargissement des horaires de la Police Municipale la nuit

L’organisation actuelle de la police municipale permet de disposer en moyenne de 8 équipages par jour les lundis, 16 équipages par jour du mardi au vendredi, et 12 équipages par jour les samedis, de 7h15 à minuit. En terme horaires, dès la reprise de l’activité commerçante nocturne, la police municipale assurera des prolongations horaires à 2h du matin deux jeudis soirs par mois, et tous les vendredis soirs avec les effectifs présents (4 équipages en moyenne). Par ailleurs, la police métropolitaine des transports en commun arrive progressivement sur le terrain : à terme, 32 agents supplémentaires, pour, au quotidien, assurer une présence effective et visible d’agents, qui viendront compléter les dispositifs existants (travail de prévention, 2300 caméras embarquées, renforcement des équipes d'intervention).

Un prochain Conseil municipal dédié à la présentation du Contrat de Sécurité intégrée

L’un des prochains Conseils municipaux sera l’occasion de la présentation du Contrat de Sécurité Intégrée qui est en cours d’élaboration entre les services de la Ville et ceux de l’État. Ce Contrat vise à poser les engagements de chacun, dans une approche globale mobilisant tous les leviers de la
prévention à la répression et associant plus encore tous les acteurs pour lutter contre l'insécurité.« Aujourd’hui, la Ville de Nantes travaille par ailleurs avec l’État à l’élaboration d’un Contrat de Sécurité Intégrée qui rejoint mon engagement et mon souhait d’une collaboration encore plus étroite.
Dans cette perspective, la Ville de Nantes assumera ses responsabilités et prendra des engagements en termes de moyens tant humains que financiers. J’attends légitimement que l’État fasse de même en retour et qu’il affecte a minima 70 agents de police nationale à Nantes », conclut Johanna Rolland.