Le défilé des femmes pour une réelle égalité

8 mars 2021 à 19h34 - Modifié : 8 mars 2021 à 19h54 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Yann Launay

Les femmes (accompagnés de quelques hommes) ont manifesté hier dans l'Ouest, d'Angers à Rennes, pour plus d'égalité, au moins salarial. L'heure était précise : 15h40, car après 15H40 elles bossent pour du beurre,, à en croire les comparatifs établis avec les salaires des collègues masculins. Reportage de Yann Launay.

Des mobilisations se sont tenues hier (lundi 08 mars) dans l'Ouest comme partout en France, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes. A Rennes, près de 2.000 personnes ont défilé dans le centre-ville, pour réclamer une réelle égalité homme/femme, & dénoncer les violences sexistes et sexuelles. Pour défendre aussi les "premières de corvées", en première ligne avec la crise pandémique mais "sous-payées et dévaloriées", selon les manifestants, comme en témoigne Cathy, infirmière dans un hôpital rennais :

Cathy au micro de Yann Launay

"Une infirmière est payée 1.400 euros pour un début de carrière, les aides-soignants sont payés à peine au smic... Quand on travaille le dimanche, notre revalorisation de salaire est de 47 euros... Le milieu médical ou para-médical aurait été plus masculin, je pense que les salaires auraient été nettement supérieurs..."

MANIF DROITS DES FEMMES RENNES 2021 TETE DE CORTEGE.jpg (570 KB)

Malgré l'évolution de ces dernières décennies, le quotidien des femmes reste plus compliqué que celui des hommes, estime Julie, qui défile vêtue d'un tee-shirt représentant Blanche-Neige faisant un doigt d'honneur à son prince :

Julie défile avec son tee-shirt (très parlant)

"Rien qu'avec le tee-shirt que je porte, je viens de me faire traiter de connasse dans la rue, là... On ne respecte toujours pas ce qu'on porte, ce que l'on pense... On est quand même en 2021... Il n'y a que les femmes qui puissent savoir ce que c'est que d'avoir à réfléchir sur comment s'habiller à chaque fois qu'on sort, et d'avoir peur de rentrer le soir, peur d'être suivie, d'être toujours sur le qui-vive..."

L'évolution est trop lente

Diane défile avant tout pour celles qui ne peuvent pas le faire, à travers le monde. La jeune femme concède que des progrès existent, sur le terrain de l'égalité homme/femme, mais pour Diane l'évolution est trop lente, y compris dans un pays comme la France :

Diane concède quelques progrès

"ça se ressent tous les jours, que ce soit pour marcher dans la rue ou pour chercher du travail. Il faut apprendre à nos fils à respecter les femmes, et apprendre aux femmes à ne pas avoir peur..."

MANIF DROITS DES FEMMES RENNES 2021 PANCARTE FEMINISTE TANT QU IL FAUDRA.jpg (295 KB)

Des hommes avaient choisi de défiler à l'image de Rémi :

Rémi

"Aujourd'hui je suis venu parce que je pense que dans énormément de pays, y compris la France, il n'y a pas encore une évolution satisfaisante pour les femmes, beaucoup de femmes sont encore maltraitées. C'est aussi les hommes qui sont défendus à travers les droits des femmes : c'est le droit à la dignité humaine. C'est aussi une évolution générationnelle, mais ça reste encore un peu timide, il y a encore du progrès à faire..."

Un reportage de Yann Launay.