Bretagne

Le débat sur les pesticides continue en Bretagne

20 mai 2020 à 05h55 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : Pixabay

La colère des associations environnementales, et la réponse d'un agriculteur de l'Ouest sur l'usage des pesticides, et sur les derniers arrêtés préfectoraux réduisant les distances minimum d'épandage.

Des arrêtés préfectoraux, encouragés par les lobbys agricoles, ont réduit récemment en Bretagne les distances minimum d'épandage de pesticides, en rapprochant ces produits chimiques de nos maisons. Des associations en colère ont saisi le Conseil d’Etat pour faire annuler ces arrêtés (*), mais du côté des agriculteurs qui utilisent ces pesticides, c’est un ras-le-bol face à l’agri-bashing.

Écouter le podcast

"... C'est un ras le bol en fait, le terrain on ne l'a pas gratuitement, on paie une location ou on l'achète, forcément si on ne produit pas dessus, c'est perdu. Nous, ça nous fait énormément de contraintes, cela nous fait des contraintes en plus pour finalement rien de plus. Je pense que ce truc là, cela ne va rien nous apporter à part des conflits de voisinage, parce qu'en fait les gens veulent venir en campagne mais ils veulent nous imposer des choses ... A la rigueur, on ne leur a pas demandé de venir, pourquoi nous on devrait toujours reculer ? Aujourd'hui ça m'inquiète moins, c'est très contrôlé maintenant... les doses n'ont rien à voir. Hier je traitais et j'étais avec 0,7 litre hectare, il y a 30 ans ce n'était sûrement pas ces doses là... "

Emmanuel, producteur laitier en Mayenne, est intervenu hier dans l'émission "Sur place ou à emporter". Le Conseil d’Etat pourrait se prononcer dans les prochaines semaines sur ces arrêtés favorables à l’usage des pesticides.

La Bretagne en ligne de mire

Pour rappel, les quatre préfectures bretonnes, comme une vingtaine d’autres en France, ont pris ces arrêtés qui réduisent les distances minimum d'épandage de pesticides. Une décision qui choque en pleine crise sanitaire, alors qu’il est impossible d’informer ou de concerter les riverains concernés par ces pesticides qui vont se rapprocher de leurs habitations ! Ecoutez Arnaud Clugery, de l’association « Eau et Rivière de Bretagne », invité de Julie et Simon entre 12h et 14h.

Écouter le podcast

"Dans cette période de confinement, on voit arriver une décision des Préfets, qui dit que finalement cette charge de négociation avec les riverains, on va s'asseoir dessus et on va autoriser que la distance de 5 mètres puisse être réduite à 3 mètres, donc cette façon de passer au dessus de tout débat et de toute concertation qui aujourd'hui nous scandalise, dans cette période où l'on aurait besoin de plus de protection, et pas de moins de protection... Pour nous, on doit sortir de cette hypocrisie qui consiste à utiliser cette chimie, qui au nom de la protection des cultures, détruit et porte atteinte à la santé publique..."

L'association « Eau et Rivière de Bretagne » a saisi avec d'autres le Conseil d'Etat afin d'obtenir l'interdiction totale des pesticides, à proximité des habitations. L’association nationale de défense des consommateurs (CLCV) parle aussi "de décision scandaleuse."