Bretagne

La Bretagne, décor de films à Cannes

13 mai 2019 à 22h54 Par Emilie PLANTARD
Crédit photo : Festival de Cannes

Coup d'envoi de la 72ème édition du festival de Cannes, ce mardi 14 mai. A noter que cette année, 2 films placent leur intrigue sur une scène bretonne : Un drame historique en compétition et un documentaire en projection. Une interview d'Emilie Plantard.

La traditionnelle soirée d’ouverture sera présentée ce soir par Edouard Baer et projetée pour la première fois dans près de 600 salles en France dont 33 rien qu’en Bretagne.

C’est le cas notamment au Celtic de Brest, au Studio de Landerneau ou encore au Cinéville de Quimper (29), au Cinéville de Vannes La Garenne, au Cinélac de Ploërmel et au cinéma Le Rex de Pontivy (56), au cinémas Emeraude de Dinan, aux Korrigans de Guingamp et au Club 6 de Saint-Brieuc (22) et au Gaumont de Rennes, Au Vauban 2 de Saint-Malo et au Manivel de Redon (35). En Pays-de-la-Loire, la cérémonie sera projeté au Gulf Stream de La Baule (19h), et à l’UGC Ciné Cité Atlantis (19h15) à Nantes. Idem au cinéma Concorde de La Roche-sur-Yon

Entrée à 8,50€ environ. Le film « The Dead don’t die » de Jim Jarmusch sera projeté en avant-première.

La compétition

Parmi les 21 films en compétition officielle lors de cette édition 2019 du festival de Cannes, il y en a un qui nous intéresse tout particulièrement puisqu’il a en partie été tourné en Bretagne Sud. Un drame historique réalisé par Céline Sciamma, qui met en scène des femmes au XVIII siècle incarnées par Adèle Haenel, Noémie Merlant ou encore Valeria Golino.

Delphine Jouan est coordinatrice générale de l’Accueil des Tournages en Bretagne qui a aidé la production pour trouver les décors adéquats ainsi qu’une équipe de collaborateurs (techniciens, prestataires, figurants…).

Écouter le podcast

« Le long métrage Portrait de la Jeune fille en Feu est en compétition à Cannes, c’est un long-métrage de Céline Sciamma. L’histoire est basée intégralement en Bretagne à la fin du 18è siècle, et ils sont venus tourner les extérieurs à l’automne 2018 sur Quiberon et Saint-Déguan. C’est une histoire de femmes entre elles, une femme qui va tomber amoureuse d’un autre qui doit se marier et petit à petit va se créer une relation entre ces femmes. » 

Plogoff, plus que jamais d'actualité

Le second film est un documentaire tourné à Plogoff dans le Finistère en 1980, alors que les habitants de ce village luttaient contre l’implantation d’une centrale nucléaire. Il sera projeté le jeudi 16 mai dans la sélection spéciale de Cannes Classics, qui met à l’honneur des incontournables du cinéma, restaurés. Plogoff a lui-même fait l’objet d’une restauration avec l’aide du CNC, de la région Bretagne et de la cinémathèque de Bretagne et fait un écho particulier à l’actualité, 39 ans après sa sortie en salle. 

Écouter le podcast

« Plogoff, Nicole Le Garrec a suivi en février 1980 tous les villageois qui ont protesté contre l’installation de la centrale nucléaire qui devait s’installer à quelques encablures de la Pointe du Raz. Elle a filmé la résistance des habitants rejoins par d’autres bretons et des gens au niveau national donc c’est l’histoire de cette lutte. Il a été sélectionné dans Cannes Classics parce qu’il a fait l’objet d’une restauration qui a été en partie financée par la région Bretagne donc il est à l’honneur et il passe jeudi dans une sélection spéciale. »

Le cinéma, une valeur ajoutée pour la Bretagne

Cette présence de la Bretagne au festival de Cannes est une excellente nouvelle. En 2018 déjà, 3 films avaient concouru dans des catégories différentes. Un long métrage, « Plaire, aimer et courir vite », tourné à Rennes et Binic et puis 2 courts-métrages, « Ultra-Pulpe et « Ce magnifique gâteau » qui avait remporté le prix André-Martin au Festival International du film d’Animation d’Annecy un peu plus tard. L’Accueil des Tournages en Bretagne fait le maximum pour mettre en avant la région dans les productions françaises et la présence de ces films à Cannes est une belle récompense. 

Écouter le podcast

« Les années se suivent et ne se ressemblent pas, on est toujours très contents quand on a un film à Cannes dans n’importe quelle compétition parce que c’est une véritable vitrine pour la région, il y a des professionnels du monde entier qui sont présents à ce moment-là à Cannes, donc c’est une vraie belle exposition pour les films. Les atouts de la Bretagne, c’est d’abord le territoire et ses décors donc c’est surtout pour la mer que les productions viennent avec des paysages très variés. Et puis son atout c’est aussi d’avoir un bon vivier de techniciens très qualifiés, des prestataires reconnus et des sociétés de production qui commencent à être connues nationalement et internationalement. Et puis l’atout c’est que maintenant les portes de la Bretagne sont à 1H30 de Paris en TGV et c’est un vrai plus. » 

En ce début 2019, 8 fictions ont déjà fait des terres bretonnes leur terrain de jeu, des productions pour le cinéma ou la télévision. 3 autres projets ont également été tournés pour les chaînes locales. Le deuxième trimestre s’annonce tout aussi prolifique puisque 2 tournages de longs-métrages sont déjà programmés à Groix et dans le Finistère. Chaque année, près de 200 dossiers sont ainsi suivis par l’Accueil des Tournages en bretagne.

Des stars sur le tapis rouge

L’évènement cinéma de la planète propose des dizaines de films en compétition et des stars sur le tapis rouge. Notamment Sylvester Stallone, Alain Delon (qui recevra une Palme d’honneur pour sa carrière), mais aussi Charlotte Gainsbourg, Isabelle Huppert, Javier Bardem, Pénélope Cruz, Quentin Tarantino, Brad Pitt, Léonardo Di Caprio, ou bien encore Xavier Dolan... Clap de fin le 25 mai !