Actualités régionales

L'Ouest manque de saisonniers !

04 juillet 2019 à 15h05 Par Katell LAGRE
Crédit photo : Yann LAUNAY

Alors que la haute saison touristique démarre, tous les postes de saisonniers sont loin d'être pourvus, dans l'Ouest.

Des milliers de postes sont toujours vacants, principalement dans l'hôtellerie -restauration. Un casse-tête pour les employeurs, qui s'est aggravé ces dernières années..

Bruno Soret tient un restaurant au port du Crouesty, en presqu'île de Rhuys, dans le Morbihan, et il n'avait jamais eu autant de mal à recruter pour la saison : il lui manque encore 3 personnes en cuisine, ce qui n'est pas sans conséquence ..

Écouter le podcast
"On ne prend plus qu'un jour de congé au lieu de deux... et quand la terrasse est remplie, on ne prend personne à l'intérieur : on limite la capacité d'accueil, parce qu'on ne peut pas servir tout le monde.. Donc on a une perte de chiffre d'affaire, on a des salariés qui sont plus fatigués, démotivés parce que le travail est plus dur.."

Thomas, 31 ans, le reconnaît : le boulot n'est pas forcément facile tous les jours, mais lui a signé pour une quatrième saison comme second de cuisine au restaurant La Marina, l'établissement de Bruno Soret, au Crouesty. Et Thomas s'y retrouve :

Écouter le podcast
"Cela se passe bien, il y a une bonne ambiance, même si c'est dur, ça se fait quand même.. J'ai la chance d'être logé ici, c'est un plus parce qu'ils ne logent pas tous, et c'est peut-être la raison aussi pour laquelle ils ne trouvent pas de saisonniers.. Les loyers sont très chers en été, moi je fais uniquement les saisons, je n'ai pas de logement à l'année, je n'ai pas de voiture..."

Le logement : c'est l'une clés du problème : les saisonniers ne peuvent se permettre de laisser la moitié de leur salaire dans une location, même un mobile-home. Les employeurs tentent de s'organiser pour pallier le problème, mais ce n'est pas simple, comme l'explique Bruno Soret :

Écouter le podcast
"Ici, nous on loue 3 appartements pour les saisonniers : pour le second de cuisine, pour les chefs de rang. On aimerait en louer plus, mais on ne trouve pas.. ou trop cher : à 400 euros la semaine, on ne peut pas loger les gens..."

Le maire, Roland Tabart, est conscient du problème, et propose une solution originale : installer des conteneurs aménagés en logements, sur différents lieux de la presque'île de Rhuys et du pays de Vannes. Des conteneurs qui seraient partagés entre les saisonniers et les étudiants :

Écouter le podcast
"Pendant toute la période scolaire, de septembre à juin, les étudiants sont dans ces logements. En juin, les saisonniers prennent le relais dans ces logements, on a deux populations qui cohabitent dans ces logements, c'est l'idéal.."

Reste que le problème du logement ne suffit pas à expliquer la raréfaction des saisonniers : les contraintes du métier effraient, et les candidats, même sans expérience, se faont de plus en plus rares. Lauriana, 17 ans, a démarré sa première saison de serveuse au restaurant La Marina, et elle ne cache pas qu'au départ, elle avait tout de même quelques craintes :

Écouter le podcast
"Cela me faisait peur dans le sens où je n'avais jamais fait de restauration de ma vie, il y a beaucoup d'heures, c'est fatiguant, on n'a pas nos soirées, on commence tôt le matin, et on ne sait jamais vraiment quand on fini.. Quand on veut voir notre famille, nos amis, c'est plus compliqué.. Mais c'est sympa, on est en contact avec la clientèle, cela se passe bien en fait.."

Pour pallier ce manque de saisonniers, l'UMIH Bretagne - l'Union des Métiers de l'Hôtellerie, a décidé d'employer les grands moyens : l'UMIH vient de se rendre en Tunisie, pour faire venir dans l'Ouest des saisonniers qualifiés. Des cuisiniers, des serveurs qui travaillent actuellement dans des hôtels désertés par les touristes, après les attentats que le pays a connus. Une idée qu'approuve Bruno Soret :

Écouter le podcast
"C'est un pays ami, ce sont des gens qui ont une culture française, la barrière de la langue est moins présente.. Mais cela peut être aussi des migrants, des gens des pays de l'est : les Français ne veulent plus travailler dans les métiers contraignants comme les notres, on est obligé de s'adapter.."

Et sachez que le restaurant La Marina, au Crouesty, recrute immédiatement 2 plongeurs et un commis de cuisine..

Reportage de Yann Launay.