Actualités régionales

L'eau de baignade sous surveillance dans l'Ouest

17 juillet 2019 à 08h10 Par Dolorès CHARLES
Cédric Gicquel
Crédit photo : Yann Launay pour Hit West

Tout l'été, les eaux de baignade sont sous surveillance : les Agences Régionales de Santé contrôlent l'ensemble des sites de baignade une fois par semaine ou tous les 15 jours, sur la côte comme sur les lacs, les étangs ou les rivières.

A chaque fois, un prélèvement est effectué pour repérer la présence de bactéries indésirables. Pour les sites de baignade en eau douce, la prolifération des cyanobactéries, les algues bleues, est particulièrement surveillée. Exemple à Carentoir, dans le Morbihan, à l'étang de Beauché, où Cédric Gicquel a enfilé ses cuissardes : le technicien du laboratoire départemental d'analyse s'apprête à prélever des échantillons d'eau à l'aide d'un instrument métallique d'un mètre de long. Reportage de Yann Launay.

Écouter le podcast

"C'est une colonne de prélèvement : un tube en inox avec une bille qui retient l'eau prélevée à 1m10 de profondeur. Je prélève sur trois points différents, ensuite je mélange les trois prélèvements dans un seau, je verse dans un flacon, et les échantillons sont déposés dans une glacière, entre 2 et 8°, jusqu'à leur mise en culture au laboratoire..."

CONTROLE EAUX DE BAIGNADE CARENTOIR ETANG DU BEAUCHE MATERIEL PRELEVEMENTS.jpg (385 KB)

La quantité de cyanobactéries sera déterminée au laboratoire, à Saint-Avé près de Vannes, tout comme la présence de germes indésirables. Les résultats complets seront produits en 2 ou 3 jours, mais l'alerte peut être donnée en 24 heures, si les premiers résultats observés s'avèrent inquiétants. Les résultats des analyses doivent être affichés par les municipalités, sur les sites de baignade.

De nombreux paramètres mesurés

Parmi les paramètres mesurés, la couleur, la transparence de l'eau, la température de l'eau et de l'air, l'état des sanitaires à proximité, et bien sûr des échantillons d'eau sont prélevés pour mener deux analyses principales, comme l'explique Benjamin Richard, ingénieur sanitaire à l'Agence Régionale de Santé Bretagne.

Écouter le podcast

"On fait d'abord une analyse de la qualité bactériologique de l'eau, en mesurant deux germes de contamination fécale. On mesure également les cyanobactéries, des micro-algues dont certaines espèces ont la capacité de produire des toxines. Les résultats du contrôle bactériologique seront connus sous 2 à 3 jours, mais s'il y a une alerte sanitaire sur ces échantillons d'eau, l'ARS en sera informée en 24 heures : le laboratoire effectue des lectures intermédiaires des résultats, pour détecter de façon précoce un phénomène de dégradation de la qualité de l'eau."

Les eaux de baignade conformes...

Cette année, en Bretagne et Pays de la Loire, les eaux de baignade sont conformes aux règles européennes à 99%, seuls quelques sites sont fermés à la baignade, pour cause de prolifération de cyanobactéries. C'est le cas par exemple du plan d'eau d'Argentré et de l'étang du Gué de Selle, en Mayenne. Le lac de Maine à Angers avait été fermé plusieurs jours pour la même raison au début du mois.

CONTROLE EAUX DE BAIGNADE CARENTOIR ETANG DU BEAUCHE BENJAMIN RICHARD.jpg (424 KB)

Benjamin Richard

Les cyanobactéries semblent de plus en plus présentes, d'année en année, sur les sites de baignade en eau douce : est-ce une réalité ? Et doit-on redouter un fort développement de ces micro-algues à l'avenir, avec le réchauffement climatique ? La réponse de Benjamin Richard avec Yann Launay.

Écouter le podcast

"Il est possible, dans certains territoires, que le réchauffement climatique occasionne des périodes de prolifération plus régulière et plus prolongée, mais il est encore un peu tôt pour le dire. Il ne faut pas dramatiser la situation : aujourd'hui, la surveillance des cyanobactéries se fait à titre préventif, pour les usages récréatifs. Il n'y a pas eu de phénomène d'intoxication humaine en France lié à ce type d'usage."