Joe Biden élu : des démocrates du Finistère rassurés

10 novembre 2020 à 3h04 par Dolorès CHARLES

Aux Etats-Unis, Joe Biden devrait succéder à Donald Trump en janvier 2021 : les projections le donnent vainqueur, mais son rival Donald Trump n'a pas reconnu sa défaite. L'ancien président semble même décidé à multiplier les recours en justice, et à entraver la transition. Yann Launay a rencontré des américains installés dans l'Ouest, pro Biden.

HIT WEST
Crédit: Yann Launay

Les pro-démocrates restent partagés entre joie et prudence : c'est le cas de Caroline Boyle-Turner et Hank Turner, un couple d'Américains installé de longue date à Riec sur Bélon, dans le Finistère, et membre des "Democrats Abroad", le comité des démocrates installés en dehors des Etats-Unis. Caroline et Hank ont tout de même ouvert le champagne, ce week-end :

Écouter le podcast

"Il y a un vrai soulagement... On respire... enfin... Mais on n'est pas 100% rassurés, parce qu'on connaît la personnalité de Trump... J'ai peur qu'il y ait de la violence, avec le sentiment de l'ultra-droite qui veut que Trump reste en place... Nous avons deux enfants qui habitent aux Etats-Unis, à Washington et à la Nouvelle-Orléans, et ils restent à la maison, ils ont peur aussi..."

La fin du règne Trump

Caroline et Hank s'attendaient à ce que Donald Trump ne se laisse "pas facilement chasser de la Maison blanche".  Mais pour eux, c'est bien la fin de son règne, et la fin de quatre années difficiles à vivre :

Écouter le podcast

"J'ai beaucoup souffert. Trump a essayé d'éliminer toutes les batailles que nous avions gagnées, par exemple pour améliorer la situation du climat, pour les droites des femmes, les droits des noirs... Trump a essayé de complètement éliminer ça... J'ai eu honte, parce que c'était mauvais pour le pays, et mauvais pour le monde entier..."

Pour Caroline et Hank, Joe Biden possède les qualités requises pour faire oublier le mandat de Donald Trump, sans se poser en ennemi de l'électorat républicain :

Écouter le podcast

Caroline : "Il est pour le dialogue avec tous les autres pays. Biden comprend l'idée de compromis, d'écouter, de connaître les gens... C'est un homme qui aime les gens... Trump s'en fichait des gens, sauf de ceux qui pouvaient le maintenir au pouvoir..."
Hank : "Biden a beauoup d'expérience, il a été vice-président pendant 8 ans, il a été sénateur, il connaît les moyens de travailler avec le Sénat, nous avons espoir qu'il pourra trouver les solutions à une série de problèmes..."

La présence de Kamala Harris est un signe

Joe Biden est centriste, et ses projets seront sans doute moins audacieux, moins engagés à gauche que ne l'auraient souhaité Caroline et Hank. Mais pour Caroline, Joe Biden est une étape nécessaire... et la présence de Kamala Harris à la vice-présidence est un signe :

Écouter le podcast

"Biden a dit déjà qu'il ne restera sans doute que 4 ans à la présidence, et pas 8... Il prépare le terrain... L'idée est que ce serait peut-être Kamala Harris qui serait présidente, dans 4 ans... A mon avis, c'est la stratégie des démocrates : aller doucement vers la gauche, mais pas trop... Parce que cela peut effrayer les républicains. Pour le moment, les Etats-Unis sont divisés, il y a un gouffre entre les deux côtés, et Biden est le meilleur pour diminuer ce gouffre, ces incompréhensions, pour avoir un dialogue..."

Objectif, réconcilier les deux Amériques

Caroline est née à Chicago, et Hank a grandi en Californie. Ils ont vu grandir la fracture entre les côtes et le centre du pays, des côtes est et ouest largement démocrates, face aux grandes étendues du centre, majoritairement républicaines. Une fracture qui apparaît clairement à travers le scrutin présidentiel. Réconcilier ces deux Amériques leur semble être l'un des grands défis qui se posent à Joe Biden :

Écouter le podcast

"Cela prendra du temps : les gens du centre pensent fortement qu'ils ont été oubliés, mis de côté parce qu'ils sont un peu ruraux, pas sophistiqués, qu'ils ne comptaient pour rien, que tout était décidé par les gens des deux côtes et des grandes villes. Il faut que Biden s'occupe de discuter avec eux, de les inclure dans les décisions, les écouter..."

ELECTION PRESIDENTIELLE US 2020 BADGE ANTI TRUMP.jpg (590 KB)

@YannLaunay

Reste que cette élection présidentielle se doublait de l'élection des sénateurs, sans qui aucune nouvelle loi n'est possible... Et au Sénat, la majorité n'est pas acquise aux démocrates... de quoi compliquer considérablement la tâche de Joe Biden... Mais Caroline et Hank veulent rester optimistes, sur ce point aussi : ils ont fait les calculs, il reste une chance aux démocrates de s'assurer la majorité au Sénat :

Écouter le podcast

"Il y a une élection en janvier, pour 2 sénateurs de Géorgie, et si les démocrates emportent les 2 sièges, il y aura 50 sénateurs de chaque parti... Et dans ce cas-là, c'est le vice-président qui départage..."

Il faudra donc attendre janvier pour connaître la composition du Sénat américain, et peut-être encore quelques semaines pour la désignation officielle du 46è président des Etats-Unis. Elle pourrait intervenir le 14 décembre, jour du vote des grands électeurs. C'est ce qui s'était passé il y a 20 ans, lors du duel entre Al Gore et George W Bush (junior).