IVAL : quels lycées sont les mieux notés dans l'Ouest ?

19 mars 2021 à 10h27 - Modifié : 19 mars 2021 à 12h48 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Yann Launay (Hit West)

Ni un palmarès, ni un classement mais un indicateur. Le ministère de l'Education nationale a publié cette semaine les Ival, ces propres indicateurs qui en disent plus que les simples taux de réussite au bac des lycées. A lire les avis du SNES FSU Bretagne et de la FCPE 49.

Malgré une année 2020 chamboulée pour les élèves et les examens, les résultats des lycées, les fameux IVAL - pour "Indicateurs de valeur ajoutée" ont été publiés cette semaine, et comme chaque année en France, par le Ministère de l'Education Nationale. Reste que ces indicateurs sont largement biaisés par des taux de réussite record au bac 2020, qui approchent dans l'Ouest les 100%. Cette année, seuls la philosophie et le grand oral sont maintenus comme épreuves terminales, au mois de juin.


Tout sur le contrôle continu


Les épreuves de spécialités, qui devaient se dérouler cette semaine, ont été annulées, et le contrôle continu sera donc l'essentiel de la note de bac. Pour Matthieu Mahéo, enseignant et secrétaire académique SNES FSU Bretagne, la donne risque d'être encore plus largement faussée cette année pour les candidats au bac :


Matthieu Matéo 1


"Il y a des écarts d'un établissement à l'autre, ça c'est normal, mais aussi des pressions des familles, parfois des élèves, sur les notes, considérant le poids que cela peut avoir dans l'examen.. L'année dernière le bac a été attribué en contrôle continu, mais toutes les notes mises sur la première partie de l'année de terminale l'année dernière, ce n'était pas des notes qui étaient dès le départ comme du contrôle continu..."






Pour Mathieu Mahéo, le mode d'évaluation des élèves de terminale cette année encore risque de masquer certaines réalités :


Matthieu Matéo 2


"On a des inquiétudes pour les élèves les plus fragiles... On espère que dans le supérieur, ils auront les moyens, l'année prochaine, de les accompagner au mieux. Nous on fait notre possible cette année, mais on a une situation sanitaire qui a amené à de l' enseignement hybride, des élèves n'ont pas eu une scolarité complète du fait des fermetures de classes... Nous on revendiquait des aménagements de programmes, pour tenir compte de la situation sanitaire, des aménagements qui auraient pu être décidés à l'échelle nationale..."


L'épreuve de philosophie du bac 2021 est prévue le jeudi 17 juin, et le Grand Oral du 21 juin au 02 juillet. Ce vendredi, la FCPE du Maine-et-Loire a fait savoir ce qu'elle pensait de cette publication annuelle.


Voici le communiqué : "chaque année, au printemps, sont publiés les indicateurs de performance des lycées (publics et privés), supposés éclairer le choix des familles. La fédération FCPE (49) invite les parents à relativiser la pertinence de ces classements... et surtout à prendre en compte l'ensemble des indicateurs.  C'est un sujet "saisonnier" qui défraie la chronique tous les ans, attendu par les uns, redouté par les autres, avec ses récurrences et ses petites surprises !


La fédération de parents d'élèves FCPE tient néanmoins à prendre du recul par rapport à ces soi-disant "classements" des lycées. Pour Jean-Baptiste Lalanne, coprésident départemental et membre du Conseil économique et social des Pays de la Loire, "cette mise en concurrence des établissements scolaires pose problème, car elle enferme les parents dans un rôle de consommateurs, plus ou moins bien avertis... Aujourd'hui, on pousse les parents à faire leur marché, une forme de téléshopping pour espérer trouver le meilleur lycée" !


L'inscription au lycée est une démarche liée avant tout au projet de l'enfant et ces indicateurs doivent être vraiment pris dans leur globalité, explique-t-on à la FCPE. "Il faut se méfier des effets trompe-l'œil de cette classification, ne pas se focaliser sur les taux bruts de réussite au bac, mais retenir surtout la capacité de ces établissements à garder leurs élèves et les faire progresser, depuis l'entrée en seconde", prévient Florence Prudhomme, coprésidente de la FCPE.


Autre biais dont il faut avoir conscience, selon les responsables de la fédération : les lycées privés pratiquent la sélection tandis que les lycées publics ont pour mission d'accueillir tous les élèves, en respectant la carte scolaire. "La mixité sociale, la diversité, le rapport aux autres, c'est aussi un critère important pour la construction de nos jeunes", mettent en avant Florence Prudhomme et Jean-Baptiste Lalanne.


Et la FCPE (49) de citer le palmarès du mensuel L'Etudiant qui a évalué les 11 lycées généraux et technologiques à Angers, faisant figurer dans ce classement 4 lycées publics sur les 5 premiers arrivés en tête."