Actualités sportives

IT de Vendée, Ymer encore vainqueur

14 octobre 2019 à 07h52 Par Dolorès CHARLES
Mikael Ymer
Crédit photo : IT de Vendée (2019)

Pleine réussite pour les 7è Internationaux de Tennis de Vendée.

Les Internationaux de Tennis de Vendée avec la victoire en cette 7e édition de Mikael Ymer hier en finale face au français Mathias Bourgue. Le jeune suédois succède à son frère Elias Ymer. Les 64 matchs des IT ont été suivis par près de 20 000 personnes au Vendéspace.

Communiqué complet

La 7e édition des Internationaux de Tennis de Vendée aura une nouvelle fois été une réussite. L’organisation constate un attrait toujours grandissant pour le tournoi, qui a vu la paire Skupski/O’Mara sacrée en double, tandis que le jeune frère du double tenant du titre, Mikael Ymer, prend magnifiquement le relais de son frère Elias, en s’imposant en simple.

Ymer, la passe de trois

Hier, en début d’après-midi, ce sont Jonny O’MARA et Ken SKUPSKI qui ont remporté la finale du double, venant à bout des Néerlandais Sander ARENDS et David PEL en deux sets (6/1 6/4). Ken SKUPSKI, vainqueur : « Ce fut une belle semaine. Merci à mon partenaire Ken et féliciations à Sander et David, bonne chance pour la fin de saison. Ce tournoi est incroyable, tout le staff est fantastique. Je crois que c’est l’un des meilleurs Challengers auxquels j’ai pu participer. Merci à tout le public d’être venu, j’espère revenir l’an prochain ! »

Sander ARENDS, finaliste : « Félicitations aux Britanniques ! Pour nous aussi ce fut une semaine géniale. J’étais déjà venu il y a 4 ans, c’est un des plus beaux Challengers du circuit. Le plateau, que ce soit en simple ou en double, présente des joueurs phénoménaux, toute l’équipe est très impliquée : les chauffeurs, les personnes du restaurants, l’accueil VIP, le staff médical, etc. Vous êtes les personnes les plus importantes, merci à vous, et bien sûr merci à David ! »

En simple, le nom de YMER reste inscrit au palmarès avec le 15e match d'affilée remporté par la fratrie, ici en Vendée. Si son frère aîné, Elias, s’était imposé en 2017 et 2018, Mikael YMER n’a pas tremblé pour reprendre le flambeau. Le jeune Suédois a livré une incroyable performance en remportant la finale : 6/1 6/4, ne laissant aucune chance au Français Mathias BOURGUE, auteur d'une très belle semaine vendéenne.

Mathias BOURGUE, finaliste : « Je n'ai pas fait un très bon match, mais c'est surtout à cause de lui : il avait la solution à tout, il retournait bien, il servait bien, il prenait le jeu à son compte, bref, il a été solide. C'est décevant, mais ça reste un bon tournoi, surtout après la saison que j'ai eue. Ça faisait longtemps que je n'avais pas enchaîné autant de bons matchs, avec une telle intensité. Ça donne confiance pour la suite. Je vais essayer de m'appuyer sur ce que j'ai fait ici pour bien finir la saison et continuer à progresser au classement, en visant le Top 100 l'an prochain ! »

Mikael YMER, vainqueur : « Je pense que j’ai bien joué dès le début du tournoi. J’ai eu des matchs serrés parce que mes adversaires avaient un très bon niveau dès les premiers tours. Il a fallu que je m’habitue à la surface, qui est un peu différente ici, aux couleurs, mais une fois que j’ai pris mes repères, je me suis senti de mieux en mieux au fil du tournoi. »

Les Internationaux de Tennis de Vendée ont tout des grands ...

Du côté de l’organisation, l’heure est au bilan et c’est avec une grande satisfaction que cette semaine touche à sa fin. En effet, sur le plan sportif, la 7e édition aura présenté l’un de ses meilleurs tableaux: 7 joueurs du Top 100 ont fait le déplacement, assurant un niveau de jeu inégalé depuis 4 ans. Yves Auvinet, Président du Conseil Départemental de Vendée : « C’est une très bonne semaine. Je souhaite souligner toute l’implication de l’équipe de Patrick Miot et l’ensemble des 250 bénévoles »

Tous les éléments d’un Challenger étaient réunis : des grands noms du tennis mondial avec Ernests GULBIS, Robin HAASE ou Lukas ROSOL, de jeunes espoirs à suivre de très près comme le prodige Italien de 18 ans, Jannik Sinner, ½ finaliste ici. Et des français bien représentés avec, entre autres, Ugo HUMBERT, Corentin MOUTET ou encore Mathias BOURGUE, finaliste aujourd’hui. « Nous avons eu une densité de très bons joueurs cette année. Les Challengers sont faits pour révéler les jeunes talents, et Jannik Sinner ne nous a pas fait mentir. Je pense que c’est un Top 10 dans les années futures. » souligne Patrick Miot, Président du Comité d’Organisation de l’Open de Vendée.

Le Hawk Eye, grande nouveauté de cette édition, n’a pas déçu. Aussi apprécié sur le plan sportif par les joueurs et les arbitres que par le public, qui a assisté au show proposé par cette technologie. Notamment sur la balle de match de Mathias BOURGUE, hier, en ½ finale. Les Internationaux de Tennis de Vendée font partie des quatre Challengers au monde à être équipés de ce système. « Ce fut une première pour le Hawk Eye ici. Cela nous apporte une certaine sécurité, sur le plan sportif, car il appuie les décisions arbitrales, mais cela plaît également beaucoup au public. Cela ajoute de l’attractivité au tournoi, c’est très positif ».

... Et une ambition affichée

En terme d’affluence, le succès du tournoi ne se dément pas, avec 20.000 spectateurs tout au long de la semaine et une billetterie payante en hausse cette année. « L’activité demeure et s’accentue, c’est très satisfaisant. » commente Patrick Miot. Toujours avec la volonté de progresser, l’organisation souhaite élargir son public et cherchera nécessairement à améliorer encore son plateau sportif dans les années à venir.

En attendant, cette 7e édition fût une réussite dont tous les bénévoles et l'équipe organisatrice peuvent être fiers. « Comme tous les ans, je suis bluffé par la façon dont les 250 bénévoles s’acquittent de leurs tâches pendant l’évènement. Les partenaires, les joueurs, l’ATP nous ont fait part de leur satisfaction, donc merci à eux. L’équipe organisatrice se perfectionne au fil des années. Elle s’est particulièrement renforcée et fait preuve d’un réel savoir-faire. Cette 7e édition est parfaitement réussie. » conclut Patrick Miot.