FNSEA : les consommateurs doivent soutenir nos producteurs

28 avril 2021 à 12h29 - Modifié : 7 mai 2021 à 9h49 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Christiane Lambert - présidente de la FNSEA

Au lendemain de la visite ministérielle de Julien Denormandie, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert était ce midi l'invitée de "Sur Place Ou A Emporter" aux côtés de Julie et Fabien sur Hit West.

Un brin de muguet et un duo de ministres. Les ministres en charge de l’agriculture et des PME sont venus visiter une exploitation de muguet hier. Julien Denormandie a annoncé une aide d’un milliard d’euros pour les agriculteurs touchés par le gel. Priorité sera donnée aux arboriculteurs dont les vergers ont été très ravagés. La perte de revenus interviendra plus tard, pas avant 2022 pour les viticulteurs. Pour le ministre de l’Agriculture, c’est « la pire catastrophe agronomique du début de ce siècle ». 

La sécheresse a aussi été soulevée avec le premier arrêté de restriction des usages de l’eau pris par le préfet de Loire Atlantique. Le ministre Julien Denormandie veut organiser un « Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique ». Sur les récents épisodes de gel, les conséquences sont importantes dans certaines exploitations de l'Ouest, et il y aura des répercussions, estime Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, le principal syndicat agricole français :

Christiane Lambert

"Moins de fruits, cela veut dire qu'il y a un vrai risque d'avoir des prix plus élevés sur les étals des distributeurs et des commerçants. La France peut avoir grosso modo jusqu'à -30 à -50% de fruits selon les catégories. Les cerises ont été très infectées, ainsi que les abricots, tous concentrés dans la vallée du Rhône, les pêches et les nectarines également... Nos collègues espagnols et italiens ont aussi été touchés, donc indéniablement il y aura une quelques centimes d'euros en plus sur les pêches et nectarines... Je demande aux consommateurs français de jouer la solidarité et de soutenir les producteurs en achetant les fruits rescapés en quelque sorte."


La Loi EGALIM

Christiane Lambert a aussi évoqué le sujet sensible des prix et des rapports, souvent tendus, entre les agriculteurs et la grande distribution. La Loi Egalim devait améliorer la rémunération des producteurs, mais dernièrement le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a annoncé qu’il y aurait une deuxième version. Il reste donc des progrès à faire, pourtant selon Christiane Lambert, les consommateurs sont à la recherche de qualité.

Christiane Lambert 2

"Les français ont dit pendant le confinement "on est prêt à payer un peu plus cher, s'il s'agit de produits français". Quand les français achètent bio et local, ils sont prêts à mettre quelques centimes en plus, si ce sont toujours des produits qui viennent d'ailleurs et qui sont importés, on va tuer l'agriculture française... Quand on veut des produits haut de gamme, il faut accepter de payer quelques centimes en plus... Je vous donne un exemple, vous consommez 240 oeufs / an, quand on demande un centime d'augmentation par oeuf pour que le producteur gagne un peu mieux sa vie, ça fait 2,40 euros par an. On n'est pas sur des niveaux insupportables... Mais les distributeurs étant ce qu'ils sont et ne voulant pas changer beaucoup, il faut que la loi EGALIM 2 améliore le dispositif." 

L’interview de la ligérienne Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, est à retrouver en intégralité ici !

L'arrêté de la Montagne visé par la FDSEA 44

Le maire de la Montagne dans le collimateur des syndicats agricoles, pour avoir pris un arrêté interdisant l’usage de produits phytopharmaceutiques à proximité des maisons, en les assimilant à des déchets. La FNSEA et JA révèlent avoir effectué des prélèvements sur le cours d’eau nommé « le ruisseau des Fous », et 13 molécules issues de produits phytopharmaceutiques ou phytosanitaires ont pu être retrouvés. Il s’agit de pollutions directes de la commune, pour les syndicats