Pays de la Loire

Flots, huit projets pour reconquérir la Loire

09 mars 2021 à 17h19 Par Dolorès CHARLES
L’appel à projets « Flots », lancé en 2019 par la métropole de Nantes, a abouti à huit projets de mobilité fluviale. Le jury vient de dévoiler ces projets innovants retenus. En voici deux présentés par Cédric Mané.

Le projet s'appelle "FLOTS", parce que cela rappelle les bateaux qui naviguent sur la Loire, mais aussi parce que c'est l'acronyme de l'appel à projets appelé "Faisons de la Loire un lieu de mobilités et de services". 19 candidats ont proposé un dossier, et au final huit ont été retenus. De la guinguette flottante à l'objet futuriste à motorisation autonome, destiné à promener les touristes en passant par la traditionnelle gabarre, les projets sont très divers. Certains de ces marins voient quand même plus loin que le tourisme : un test pour proposer à terme un moyen de transport flottant utilisé pour les trajets quotidiens, sur un fleuve finalement peu utilisé pour déplacer les habitants. Il n'y a que deux lignes, l'une sur la Loire et l'autre sur l'Erdre.

Des projets à vocation touristique

C'est le cas de Quentin Vigneau et son Passe-Partout (photo) de 40 places qui va proposer dès le printemps un tour de l'île de Nantes.

Quentin Vigneau : Passe-partout

"La dimension touristique, c'est la première qui va me faire vivre, parce qu'elle est facile et accessible, elle correspond à un manque et à un besoin des Nantais. Mais ensuite les transports doivent être développés, pour le travail ou pour le loisir, donc tous les types de déplacement urbain. Là, je démarre sur un bateau, et j'espère prendre un élan suffisant pour proposer deux bateaux, un sur l'Erdre et un sur la Loire, et compléter ma flotte pour grandir petit à petit. C'est mon avenir, c'est vers là que je vais aller à terme".

Un taxi fluvial, électrique

TAXIO_Droits réservés.jpg (129 KB)

Autre projet, celui de Michel de Franssu, partenaire de Armel Tripon sur le Vendée Globe, qui veut proposer du taxi fluvial avec son Taxio, un bateau électrique propulsé partiellement à la voile, quand les conditions le permettent évidemment :

Michel de Franssu : Taxio

"Normalement ça fonctionne à l'électrique, mais il y a une petite voile, c'est ce qu'on appelle les voiles autoportées gonflantes. C'est une technologie, qui a fait ses preuves et ça marche plutôt pas mal. Alors cela ne sera pas le mode de propulsion principal mais ça sera une aide à la propulsion et ça permettra d'économiser un peu d'électricité si on descend la rivière avec le vent dans le dos, eh  bien voilà on pourra le faire à la voile... C'est très simple, c'est un mât autoporté avec une voile gonflable, et ça n'a quasiment pas besoin de se régler ... ça se met tout seul dans le lit du vent et voilà. C'est rigolo, c'est ludique".

Les projets, dont les budgets vont de 50.000 à 200.000 euros environ, ne reçoivent pas d'aide financière mais un soutien logistique et de communication de la part de la Ville de Nantes.

Reportage de Cédric Mané.