Actualités régionales

Fête de la Science : l'intelligence artificielle à l'honneur à Vannes

11 octobre 2019 à 08h12 Par Alexandra BRUNOIS
Crédit photo : Yann Launay

La Fête de la Science se poursuit jusqu'à dimanche, avec encore de nombreuses animations dans l'Ouest. Focus sur Vannes où l'intelligence artificielle est mise à l'honneur à l'UBS. Reportage de Yann Launay

A Vannes, l'intelligence artificielle est à l'honneur, avec des tables rondes et des démonstrations, à l'Université de Bretagne sud. Vous êtes par exemple invités à tester un système de reconnaissance et de lecture des visages, qui fonctionne avec la technologie du "deep learning".

C'est à dire que l'algorithme, l'ordinateur, a "appris" à reconnaître les visages et leurs différences à partir de milliers de photos. Raounak, une étudiante, s'est prêtée au jeu, guidée par Jean-Christophe, ingénieur à l'IRISA - l'Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires :

Écouter le podcast
Raounak : "Alors je me mets juste devant l'écran et il doit normalement détecter ? Sexe, âge, émotions.. d'accord... et... je suis une "femme", de "20 ans", je suis entre "contente" et "neutre"... en fait j'ai 26 ans.."
Jean-Christophe : "L'âge, c'est très compliqué... Il faut se dire : moi, si j'avais à le faire, quel âge je donnerais aux gens ? Je l'ai fait, et je me trompe de plus de 10 ans... Notre algoritme se trompe à 7 ans près, en moyenne... donc finalement l'algorithme est meilleur que moi pour reconnaître les âges..."

Vous pourrez tester le système ce vendredi, à 13h, à la bibliothèque universitaire de l'UBS, à Vannes, et samedi de 14h à 17h à la médiathèque de Beaupré-Tohannic.

FETE SCIENCE 2019 UBS VANNES ATELIER DEEP LEARNING 2.jpg (349 KB)

L'ordinateur peut déterminer le sexe, l'âge et les émotions des personnes qui passent dans le champs de la caméra. La méthode du "deep learning", littéralement "apprentissage profond", n'est pas infaillible, mais permet une "formation" accélérée de l'ordinateur, par rapport aux méthodes antérieures, comme l'explique Sébastien Lefèvre, professeur en informatique à l'UBS, au sein de l'IRISA :

Écouter le podcast
"Historiquement, on a plutôt cherché les traits caractéristiques du visage, les mouvements du visage, pour associer un type de mouvement, un trait particulier, à une émotion particulière... Avec le deep learning, on évite cette phase : on fournit des exemples de visages, en expliquant que pour tel ou tel visage, l'émotion est une émotion de joie ou de tristesse, et l'algorithme va lui-même trouver comment représenter les données, sans qu'on sache s'il se base en particulier aux traits de la bouche, du nez, des yeux..."

L'interprétation automatique d'images grâce à l'intelligence artificielle peut avoir de multiples applications :

Écouter le podcast
"On a une collaboration avec le Parc naturel régional du Golfe du Morbihan : on cherche à compter automatiquement les pêcheurs à pied lors des grandes marées. C'est un travail qui peut être fait de façon manuelle : il faut compter 15 jours de comptage pour une seule grande marée... Là, l'ordinateur, s'il a été entraîné sur des exemples, est capable de détecter les pêcheurs sur une photo aérienne, de les compter en quelques secondes..."

L'intelligence artificielle appliquée à l'interprétation d'images permet des gains de temps spectaculaires, mais peut aussi dépasser l'oeil humain :

Écouter le podcast
"On a cherché à détecter des véhicules directement à partir d'images satellite : un véhicule, c'est quelques pixels seulement, donc il s'agit de chercher une aiguille dans une meule de foin, et l'ordinateur est capable de le faire..."