Du côté d’Auray, les enfants prolongent les vacances

4 mars 2020 à 13h49 par Emilie PLANTARD

.. Et ça ne fait pas les affaires des parents ! Système D, solidarité, arrêt maladie⬦ Chacun est chargé de trouver une solution. A Auray, Manon, une de nos auditrices s'organise tant bien que mal.

HIT WEST
Les filles de Manon profitent du confinement !
Crédit: Manon Foustoul

Manon est une maman alréenne de petites filles de 8 et 4 ans. C’est dimanche soir qu’elle et son mari ont reçu le sms du rectorat leur signalant que leur école serait fermée le lendemain et pour une période de 14 jours, à cause d'un excès de cas de Coronavirus. Depuis, ils s’organisent entre parents pour garder les enfants à la maison :

Écouter le podcast

"Nous on revient du ski donc logiquement on n’est pas porteur, les filles non plus. Mais on préfère éviter de voir avec les grands-parents parce que ça peut être des personnes à risque par rapport à l’âge. Sinon moi il y a ma sœur qui va les garder vendredi et puis on s’arrange avec les autres parents d’élèves comme on peut, en évitant qu’on soit trop d’enfants sinon ça sert à rien d’être en confinement. Mais on s’organise avec une famille pour gérer."

Un arrêt de travail facilité pour les parents

Dans les zones particulièrement touchées par le virus Covid-19, les procédures d’arrêts de travail sont simplifiées. Une option que Manon ne préfère pas prendre pour l’instant, tant qu’elle peut faire appel à la solidarité :

Écouter le podcast

"Moi mon employeur comprend, c’est juste que moi personnellement je préfère trouver des solutions de mode de garde plutôt que prendre un arrêt parce que je reviens de congés et j’en ai d’autres à prendre par la suite donc en attendant le travail il s’accumule donc je préfère aller travailler et avoir recours à l’arrêt de travail de l’ARS en dernier recours. Moi mon conjoint est à son compte donc il ne peut pas, la seule solution c’est moi qui prend ou pas mais on verra la semaine prochaine si on arrive à trouver d’autres solutions."

Des révisions en attendant mieux

14 jours sans école, ça commence à compter dans un programme scolaire. Les établissements et les enseignants tentent donc de mettre en place des solutions pour que les enfants ne prennent pas trop de retard. En attendant, il est toujours temps de faire des révisions :

Écouter le podcast

"J’ai reçu aujourd’hui un sms de la maîtresse de ma grande qui est en CE1, elle doit envoyer par mail des exercices, donc on va essayer de les faire travailler un peu… En attendant on essaie de faire 1H de français le matin, 1H de maths l’après-midi, de prendre les devoirs et revoir les leçons, d’essayer de les faire travailler un peu parce qu’ils ne sont pas censés être en vacances !"

Toutes les activités annulées

Les seuls à vraiment y trouver leur compte, ce sont les enfants, qui se voient prolonger d’autant les vacances scolaires de février. Pour l’instant, le Coronavirus ne leur fait pas peur, même s’il perturbe leur quotidien.  

Écouter le podcast

"Pour l’instant ils ne se rendent pas compte, ils sont plutôt contents dans le sens où il n’y a pas école, qu’il y a 1 ou 2 copains à la maison vu qu’on s’aide entre parents donc c’est plutôt la fête qu’autre chose…  Après, quand j’ai dû dire à ma grande qu’elle n’aurait pas théâtre ou pas gym et à la petite que l’anniversaire serait annulé, là ça a commencé à faire la grimace, c’était plus compliqué à accepter."

Retour à l’école prévu le 14 mars… En espérant que la situation n’ait pas empiré d’ici-là !