Drame de Lorient : Kylian Le Reste condamné à 5 ans de prison

16 février 2021 à 2h12 - Modifié : 16 février 2021 à 2h56 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Yann Launay

Le procès de Kylian Le Reste et de son amie Gaëlle hier, au tribunal correctionnel de Lorient.

Il avait fauché deux enfants en fuyant un contrôle de gendarmerie : Kylian Le Reste a été condamné hier soir (lundi) à 6 ans de prison, dont un an avec sursis, par le tribunal correctionnel de Lorient. L'un des enfants, âgé de 9 ans, était mort, et l'autre, âgé de 7 ans, avait été grièvement blessé. Les deux garçons étaient cousins et membres de la communauté turque de Lorient. Ce dimanche de juin 2019, Kylian Le Reste conduisait sans permis, avec à ses côtés Gaëlle, son ancienne petite amie. Il a pris la fuite à un contrôle, sur un rond-point de Quéven, et une course-poursuite s'est engagée avec les gendarmes. Arrivé dans le quartier Keryado, à Lorient, le chauffard a percuté une voiture avant de faucher les enfants, sur un trottoir,  et de prendre la fuite...


Le jugement est tombé


La passagère de Kylian Le Reste a été condamnée à un an de prison avec sursis probatoire de 2 ans, obligation de travail et obligation de soin. Des condamnations proches des réquisitions du procureur. Ecoutez la réaction de l'avocat des familles des victimes, Maître Philippe Courtois :


Écouter le podcast


"Ce qu'il fallait aujourd'hui, c'est que ces deux personnes soient condamnées et reconnues coupables des faits qui leur étaient reprochés : c'est le cas. La passagère est reconnue coupable de non assistance à mineur en danger, le conducteur coupable de toutes les infractions qui lui étaient reprochées. Ce soir il retourne en prison. La famille des victimes est soulagée de cette décision, de cette sanction. C'est important pour elle de savoir qu'enfin les responsables de ce qui leur est arrivé sont sanctionnés par la justice..."


Pas de commentaire pour l'avocat de Kylian Le Reste : Maître Celeyron n'a pas souhaité faire de commentaire à la sortie de l'audience, indiquant tout de même que son client "n'était pas dans l'état d'esprit de faire appel" de sa condamnation.


L'affaire avait marqué les Lorientais voire les français en général en juin 2019. Quelques jours après le drame, 2 000 personnes avaient participé à une marche blanche dans les rues de la ville du Morbihan.