Actualités régionales

Des emplois francs pour lutter contre les discriminations

06 février 2020 à 07h12 Par Alexandra BRUNOIS
Crédit photo : Yann Launay

Lutter contre la discrimination à l'embauche des habitants des quartiers sensibles : c'est l'objectif des "Emplois francs". Le principe est simple : c'est une prime de 5 000 euros par an pendant 3 ans, versée à une entreprise qui embauche en CDI un habitant de quartier prioritaire au chômage. Hier, les premiers contrats "emplois francs" ont été signés en Bretagne. Un reportage de Yann Launay

Après des expérimentations ciblées, le dispositif est désormais généralisé à l'ensemble de la France : les 2 premiers contrats emplois francs de Bretagne ont été signés hier à Rennes. Fideline, 23 ans, a ainsi été recrutée par Zen seniors service, une entreprise d'aide à domicile de personnes âgées ou handicapées. Et Fideline en est persuadée : les emplois francs peuvent être une vraie solution :

Écouter le podcast
"Je pense que cela va ouvrir les portes, surtout pour nous les jeunes... Les jeunes qui n'ont plus d'espoir, les jeunes qui sont là à rien faire dans la rue... C'est maintenant de mon devoir d'en parler aux jeunes, de faire passer le message, pour le dire : moi-même j'ai bénéficié de ce dispositif, pourquoi pas vous ?"

UNE SEULE CONDITION A REMPLIR POUR LE CHOMEUR

Ce dispositif peut-il vraiment réussir là où d'autres systèmes voisins, comme les emplois d'avenir, ou même les emplois francs première version, ont échoué ? Pour Rachid Drif, directeur territorial Pôle emploi Ille & Vilaine, ce dispositif corrige les erreurs du passé en ne conservant qu'une seule condition à remplir : que le chômeur embauché réside dans un quartier politique de la ville. Peu importe où l'entreprise, elle, a son siège :

Écouter le podcast
"Une entreprise de Combourg qui décide d'embaucher un jeune, ou un moins jeune habitant au Blosne, peut bénéficier de cette mesure. Ce n'était pas le cas avant. Lorsque l'on a testé les emplois francs il y a quelques années, la mesure était liée à la domiciliation de l'entreprise et cela n'avait pas fonctionné..."

DES EMBAUCHES DECLENCHEES PAR LA PRIME ?

Mais cette prime "emploi franc" peut-elle vraiment aider à "déclencher" l'embauche d'un chômeur de quartier prioritaire ? Dans le cas de Fideline, la prime a-t-elle vraiment fait une différence, dans un secteur comme l'aide à la personne où les besoins en personnel sont grands ? La réponse de Lucie Allain, qui a recruté Fideline pour Zen Seniors services :

Écouter le podcast
"On l'aurait embauchée avec ou sans les emplois francs... On ne regarde pas l'adresse d'un candidat pour s'intéresser à lui... On a besoin de personnel qualifié, on ne peut pas mettre quelqu'un qui n'a aucune formation, aucune expérience auprès d'une personne âgée, à faire de la toilette, ce n'est pas possible... Ce que l'on regarde en priorité, c'est les compétences, diplômes, le parcours de la personne. Et après, si en plus on peut bénéficier d'un emploi franc avec cette personne pourquoi pas mais ce n'est pas l'objectif principal de nos recrutements..."

Ce dispositif peut-il vraiment améliorer les chances de recrutement pour les chômeurs de quartiers sensibles ? Peut-on réellement éviter les simples "effets d'aubaine" ? La réponse de Ludovic Guillaume, sous-préfet de Rennes :

Écouter le podcast
"Dire que tous les risques sont écartés, ce n'est pas possible... Mais toutes les garanties ont été prises : c'est réservé à des entreprises, ce n'est ni pour des établissements publics, ni pour les collectivités locales, ni pour des particuliers... Et on est à un tel niveau de chômage dans ces quartiers, que toutes les initiatives sont bonnes à prendre. Y aura-t-il dans le lot une entreprise qui aurait quand même procédé à cette embauche ? Peut-être, mais ce n'est pas cette exception-là qu'il faut voir mais tous le reste, tous les emplois qui vont venir..."

D'autres contrats en emploi franc doivent être signés dans quelques jours à Redon. Les autorités se donnent comme objectif un minimum de 312 emplois francs en 2020 pour la Bretagne, dont 148 pour l'Ille & Vilaine.