Des coquelicots contre les pesticides : acte 2

2 novembre 2018 à 6h30 par Dolorès CHARLES / Alexandra BRUNOIS

Le mouvement des Coquelicots fleurit un peu partout dans l'Ouest. Deuxième action ce soir un peu partout en France. La première action le 5 octobre avait été une réussite.

HIT WEST
Crédit: Pixabay

Vous aimez les coquelicots ? Sachez que la fleur est devenue le symbole de la lutte contre les pesticides. Le mouvement baptisé 'Nous voulons des coquelicots" a été lancé le 12 septembre par le journaliste Fabrice Nicolino et l'organisation Générations Futures, et une première vague de rassemblements a eu lieu le 5 octobre. Nouvelle action ce soir, près de chez vous, souvent devant votre mairie. Yann Launay a rencontré le sénateur morbihannais Joël Labbé, l'un des 1ers à soutenir ce mouvement.

Écouter le podcast

"Le coquelicot, en termes de symbole, d'abord c'est beau, c'est la vie, mais c'est la vie dans toute sa fragilité. Les pesticides, c'est la mort : on voit l'effondrement de toute la biodiversité, des oiseaux, des insectes, de la flore microbienne du sol... C'est encore rattrapable, mais il ne faut plus traîner. On n'accepte plus de tergiverser, d'aller chercher de fausses solutions, il faut revenir au bon sens en utilisant les bons aspects du progrès, et en écartant les aspects mortifères qui nous mènent dans le mur."

Ce soir, plus de 500 rassemblements sont annoncés en France, et des dizaines dans l’Ouest... à Rennes, Lorient, Nantes, Dinan, Liffré, Ploemeur, Angers, Vannes, Château-Gontier, St-Nazaire, Fontenay-le-Comte, ou bien encore Cholet, Morlaix et Guérande.

Mais des mouvements de ce type, des pétitions, des manifestations ont déjà eu lieu. Pourquoi ce mouvement des coquelicots connaîtrait-il une plus grande réussite ? La réponse du sénateur Joël Labbé.

Écouter le podcast

"On a eu souvent des choses assez éphémères, sous le coup de l'émotion, là il faut garder l'émotion, mais s'inscrire dans la durée, se dire que ce mouvement doit grossir. Cinq millions de signataires, cela paraît délire, mais c'est possible, et il va bien falloir que l'on y arrive... C'est le bon moment : je ressens que de plus en plus de gens, qu'ils soient d'une culture de gauche ou de droite, se disent qu'il y a des choses qui ne vont plus... Il faut un plan de sortie des pesticides, et que tout cela revienne dans le bon sens."

Joël Labbé souhaite que ce mouvement fasse tâche d'huile au moins en Europe :

Écouter le podcast

"Il faut vraiment que l'on se ligue entre peuples européens, que l'on crée une citoyenneté européenne, et ce pourra être le rôle d'un mouvement comme celui des coquelicots.. Il y a nécessité d'organiser des contre-pouvoirs par rapport à l'abominbable pouvoir qu'ont les firmes et les lobbyistes sur les partis politiques."

Plus de 300 000 signatures !

La pétition en ligne sur nouvoulonsdescoquelicots.org pour interdire tous les pesticides recueille en ce début du mois de novembre plus de 300 000 signatures. Elle restera ouverte pendant 2 ans, avec comme objectif annoncé : atteindre 5 millions de signatures !