Des bretons à la cérémonie des César

12 mars 2021 à 4h08 - Modifié : 12 mars 2021 à 4h27 par Dolorès CHARLES

HIT WEST

Le cinéma entre colère des dirigeant-e-s des salles obscures fermées tout ce week-end, en soutien avec Hit West, et cérémonie des César ce soir depuis l'Olympia (à voir en clair sur Canal + dès 21 heures). Des bretons seront à l'honneur, et notamment la réalisatrice Marie Le Floc'h.

La colère du milieu du spectacle à l’image des intermittents qui occupent le théâtre Graslin à Nantes et dans les cinémas. Dans l'Ouest, à Saint-Sébastien s/ Loire, les acteurs de la zone de loisirs et de culture de la Ville vont mener une action ce vendredi pour appeler à une réouverture raisonnée des salles obscures, fermées depuis plus de 200 jours (226 au total sur un an) sans qu’aucun cluster n’y ait été découvert. Le cinéma Beaulieu prévoit un défilé festif place du marché à Bouguenais. A Challans le Triskell appelle à échanger avec les spectateurs dès 14 h sur le parvis du cinéma, et aux Sables d’Olonne, le Grand Palace lance "dimanche l’inauguration des affiches à messages avec une distribution gratuite du stock de bonbons et boissons sur le parvis".

46ème Cérémonie des César

Ce soir, place à la 46ème Cérémonie des César à l’Olympia, « entre paillettes et revendications » pour Aujourd’hui en France. Marina Foïs sera la maîtresse de cérémonie. Parmi les favoris, le film « Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait » 13 nominations ; « Adieu les cons » et « Eté 85 ». Deux sociétés de production audiovisuelle bretonnes présentent des films : un habitué, le réalisateur de film d'animation Paul Cabon, dont le nouveau opus "La tête dans les orties" est produit par les Films d'Ici à Rennes, elle aussi régulièrement citée.

film amandiers.jpg (277 KB)

Côté court-métrage, il y a également en lice la réalisatrice Marie Le Floc'h. Une première pour elle, avec son film tourné à Lorient, notamment à Keroman le port de pêche. Du vécu : c'est en y travaillant que la réalisatrice y a trouvé l'histoire racontée dans "Je serai parmi les amandiers", notamment primé au festival Cinemed. Marie Le Floc'h raconte l'histoire de ce film, et comment elle a rencontré les personnages qui ont inspiré le récit. C'est dans la ville au cinq ports qu'elle a en partie trouvé le scénario d'un film qui évoque un couple de demandeurs d'asile syrien, et à travers eux une histoire universelle sur la vie de couple.

Écouter le podcast

"C'est l'histoire de Maïssane, qui est exilée avec sa famille à Lorient depuis quelques mois. Elle travaille au port de Keroman avec son mari, et ils sont dans l'attente de leur statut de réfugiés définitifs. Un rendez-vous qui a lieu au début du film, sauf que pendant ce rendez-vous son mari Ryad reparle du divorce qu'il avait commencé avant d'arriver. Cette histoire, c'est un peu le croisement d'un boulot d'été que j'avais fait au port de Keroman en tant que fileteuse, donc le même métier que Maïssane dans l'histoire, et une rencontre dans un CADA (centre d'accueil de demandeurs d'asile) où une femme voulait divorcer mais il lui était conseiller d'attendre".

Une reconnaissance de nos pairs

La société "Films Grand Huit" qui produit le film de Marie Le Floc'h dispose de bureaux à Paris et à Saint-Pierre-Quiberon. C'est la 4ème fois qu'un de ses films est sélectionné au César, une cérémonie qui est un vrai tremplin évidemment. Pauline Seigland, l'une des productrices de Films Grand Huit :

Écouter le podcast

"Aux Césars, les gens qui votent sont les professionnels du cinéma, donc c'est vraiment une reconnaissance de nos pairs. Cela veut dire que quand on va à Canal+, au CNC (centre national de la cinématographie), tous les organismes de financement qui permettent à un film de se faire, ça nous donne de la visibilité, de la reconnaissance. C'est très important, c'est comme ça que tout le système fonctionne".

Pour les scènes tournées au port de pêche, les équipes de tournage se sont adaptées, en filmant pendant le travail avec les employés comme figurants :

Écouter le podcast

"Le film s'est tourné à Lorient tout simplement parce que l'action qu'a écrite la réalisatrice Marie Le Floc'h se passait là-bas. Pour ce film là, on n'a évidemment pas arrêté l'activité quotidienne du port, ça nous aurait coûté beaucoup trop cher. Donc on s'est adapté, on a travaillé avec les hommes et les femmes sur place, on les a même intégrés au film pour qu'il puisse se passer en bonne intelligence et que eux puissent continuer de travailler. Et puis on a un peu aménagé les horaires, les lieux de circulation, pour qu'on puisse tourner l'action comme elle était prévue".

Le film est à voir actuellement sur le replay de France TV. Autre réalisatrice de la région nominée, la documentariste rennaise Mariana Otero qui présente un film sur le photographe Gilles Caron, mort à 30 ans en 1970 après un parcours fulgurant.

Un reportage de Cédric Mané.