Bretagne

Covid-19 : l'Ille-et-Vilaine voit rouge

09 septembre 2020 à 13h22 Par Dolorès CHARLES
Conférence de presse en Préfecture à Rennes
Crédit photo : Ronan Le Mouhaer (Hit West)

C'est l'information de cette fin de matinée : pour cause de recrudescence de l'épidémie en Ille-et-Vilaine, et en particulier sur la métropole de Rennes, les mesures sanitaires sont renforcées.

La circulation du coronavirus s’accélère chez nous, en particulier en Ille-et-Vilaine et sur la métropole de Rennes. Le département du 35 vient d'être placé au niveau 2 du plan sanitaire. Dans la capitale bretonne, le nombre de contaminations explose, en particulier chez les jeunes ce qui inquiète les autorités : la Préfecture a tenu une conférence de presse en fin de matinée, en présence de la maire Nathalie Appéré et de l’ARS Bretagne, pour annoncer des mesures plus strictes, afin d'empêcher la propagation du virus, qui circule activement et casser les chaînes de transmission.

Le niveau 2 activé !

Ce matin, la préfète de la région Bretagne, Michèle Kirry, a donc annoncé l’activation du niveau 2 du « plan métropolitain de prévention et de protection renforcées en cas de rebond de l’épidémie ». Elle en détaille les principales mesures.

Écouter le podcast

"Nous allons avoir trois temps pour la mise en oeuvre du plan métropolitain. Premier temps : l’entrée en vigueur, demain, de l'extension du port du masque à la totalité de la ville de Rennes, sauf deux secteurs où la densité est moindre, et port du masque obligatoire pour la partie intra-rocade des communes autour de Rennes. Deuxième temps : nous travaillons sur les parties densément peuplées des communes membres de la métropole pour éventuellement imposer le masque. Troisième temps : fermeture des bars non plus à trois heures mais à une heure du matin."

D'éventuelles nouvelles contraintes

Port du masque obligatoire sur l’ensemble de la ville de Rennes et dans les zones les plus denses de la métropole, et fermeture des bars d’ici la fin de semaine de 3h à 1h… Des contraintes nécessaires estime la Maire PS de la Ville, Nathalie Appéré, pour éviter un reconfinement.

Écouter le podcast

"Les grandes villes et les métropoles sont des lieux plus denses, des lieux de brassage où la circulation du virus se fait plus facilement. On a besoin de nouvelles mesures pour endiguer cette circulation virale avec la conscience que ce sont encore des contraintes supplémentaires. C'est ce qui doit nous permettre de préserver notre vie collective, la vie scolaire et le fonctionnement normal des écoles, la vie économique mais aussi la vie culturelle et sociale."

Le cas particulier des jeunes...

Et c’est chez les jeunes adultes que la progression de l’épidémie est la plus forte comme l’explique Anne-Briac Bili, directrice de cabinet de l’ARS Bretagne.

Écouter le podcast

"Ces mauvais chiffres sont communs à tout le territoire national. On pourrait se dire que c'est en fonction du nombre de tests qu’on réalise. Mais on s'aperçoit que le taux de positivité augmente sur les tests. Le virus touche une population (16-25 ans) avec un taux d'incidence très très fort, qui est très lié à la période estivale, aux rassemblements privés qui ont pu se tenir. On est en train de préparer une campagne de communication à destination des jeunes qui sera adaptée à cette période de rentrée scolaire et étudiante. On compte faire des campagnes de dépistage à Rennes auprès des étudiants mais aussi cibler des populations à risques comme les personnes âgées ou fragiles et les zones de propagation qui peuvent être à risque."

De nombreuses classes fermées

33 établissements brétilliens sont concernés par des cas positifs dont tous les lycées rennais. Le collège-lycée Saint-Sauveur de Redon qui compte 950 élèves a même du fermer ses portes pour 14 jours dès ce matin après la contamination de 3 enseignants et 2 élèves. Mais Christian Wilhelm, directeur académique des services de l’Education Nationale en Ille-et-Vilaine, assure que la situation est sous contrôle dans les écoles.

Écouter le podcast

"C'est une, deux ou trois situations maximum par établissement. On arrive à isoler des personnes, à les mettre en quatorzaine. Dans le plus gros établissement de Bretagne, le lycée Bréquigny à Rennes, il y a 3 500 élèves, une personne contaminée. Donc vous pouvez imaginer la difficulté à mettre en oeuvre un protocole sanitaire. Il est mis en place, cette situation est parfaitement bien gérée. Les jeunes et les adultes respectent très bien le protocole à l'intérieur des établissements scolaires. Les contaminations se font plutôt en milieu amical ou à l'extérieur de l’école."

En fonction de la situation, un huit-clos pourrait être enfin décrété pour le match de Ligue 1 entre Rennes et Monaco le 19 septembre au Roazhon Park.

L'analyse du Dr Crepey

Ecoutez le Dr Pascal Crépey, épidémiologiste et enseignant-chercheur à Rennes, il était l'invité de l'émission "Sur place ou à emporter" avec Julie et Simon ce midi :

Écouter le podcast

Reportage de Ronan Le Mouhaer.