Covid-19 : Appel à volontaires pour tester des vaccins

10 novembre 2020 à 7h25 par Emilie PLANTARD

On vous en avait parlé dans Sur Place ou à emporter, la plate-forme Covireivac (projet coordonné par lÈINSERM) a lancé une campagne de recrutement de volontaires pour tester différents vaccins anti Covid-19. Vingt-quatre CHU sont partenaires en France, dont Brest, Rennes et Nantes.

HIT WEST
Crédit: @Pixabay

Les services des maladies infectieuses et tropicales des CHU de Nantes, Rennes et Brest ont été sélectionnés pour participer à une vaste campagne de tests cliniques pour 4 potentiels vaccins anti-Covid (dont celui de Sanofi-Pasteur). C’est une plate-forme, Covireivac, qui coordonne les essais en France. Un appel aux volontaires a été lancée, le professeur François Raffi, chef du service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Nantes revient sur l’organisation de cette étape cruciale dans le développement de vaccins anti-Covid.

Écouter le podcast
"Il y a beaucoup de vaccins et donc Covireivac va, en fonction du nombre de personnes nécessaires en France, les dispatcher sur les différents centres pour pouvoir rapidement se focaliser, chaque centre va faire un ou deux vaccins. Pour pouvoir recruter rapidement, il y a une plate-forme d’appel à volontaires gérée par Covireivac où 35.000 personnes se sont inscrites et qui, en fonction de leurs lieux de résidence, vont être orientées sur les centres pour pouvoir rapidement, en 1 mois ou 2, pouvoir proposer l’étude aux volontaires et prouver l’efficacité du vaccin."

Il faut encore des testeurs volontaires

Pour l’heure, la plate-forme a pour mission de recruter un panel de volontaires dans toute la France, pour recevoir une dose d’un de ces vaccins, contre petite rémunération. Une nécessité pour mettre en place cette phase de test clinique, avancée majeure dans l’élaboration d’un vaccin contre la Covid-19.

Écouter le podcast
"C’est important de faire passer le message aux personnes volontaires qui ont envie de faire avancer la recherche sur le vaccin et pouvoir participer à trouver un vaccin efficace de s’inscrire. D’une part ils aident la recherche, d’autre part ils ont une chance d’avoir le vaccin et donc d’être protégé. Ce sont quand même des vaccins qu’on va tester, non pas sans background, ils auront déjà été testés en terme de sécurité et de réponse initiale chez quelques autres volontaires donc ça veut dire que nous, ce qu’on va tester, c’est vraiment à large échelle pour confirmer les premiers résultats."

Il faut aussi des profils plus fragiles

Les volontaires sont appelés à se faire connaître directement via le site www.covireivac.fr, il en faut 25.000 au total, de tous horizons, pour tester les vaccins. Une première inscription, la plate-forme sélectionnera ensuite selon les besoins. L’âge ou l’état de santé ne doivent pas constituer un frein, il n’y a pas de profil type recherché.

Écouter le podcast
"C’est plus de 18 ans, majeur. Après, plus il y a de personnes âgées, mieux c’est parce que les gens qui vont le plus bénéficier du vaccin, ce sont ceux qui risquent de faire une maladie grave donc les sujets plus âgés. Même s’il y a des formes graves chez les jeunes, il faudra qu’on démontre que le vaccin est efficace chez toutes les populations."

Pas pour tout de suite...

Un pas de plus vers la mise sur le marché d’un vaccin contre la Covid-19, un pas de plus vers la fin de cette pandémie désastreuse. Sauf que le temps de la généralisation du vaccin n’est quand même pas pour demain… Les premiers tests devraient démarrer, si tout va bien, courant décembre ou janvier et la phase d’essai reste relativement longue.

Écouter le podcast
"On espère d’ici fin janvier avoir fait les premières doses de vaccin chez les l’ensemble des volontaires, ensuite il faut un an de suivi pour être sûr qu’on a l’efficacité. Peut-être on aura des analyses intermédiaires au bout de 6 ou 9 mois qui permettront de dire, c’est ce vaccin qui semble le plus pertinent, mais ça va mettre du temps donc c’est pour ça qu’on dit qu’il n’y aura pas de vaccin à grande échelle avant septembre ou novembre de l’année prochaine."

Un numéro vert gratuit : 0805 297 659