Couples infertiles cherchent donneurs

15 novembre 2018 à 12h02 par Cécile DAUGUET

3 000 couples concernés par une infertilité médicale s'inscrivent chaque année pour bénéficier d'un don d'ovocytes ou de spermatozoïdes en Pays de la Loire.

HIT WEST
Crédit: Hit west (archives)

L’Agence de Biomédecine a lancé au début du mois de novembre une campagne d’information et de recrutement sur le don d’ovocytes et de spermatozoïdes, pour aider les couples infertiles à avoir un enfant. Comment ça marche ? Voici les réponses du Professeur Thomas Fréour, Chef du service médecine de la reproduction au CHU de Nantes. Des propos recueillis par Cécile Dauguet.

Voyons d'abord pour les hommes, les donneurs doivent être en bonne santé, âgés de 18 à 45 ans et avoir l’accord de leur conjointe ou conjoint. Ensuite la procédure est assez simple. Thomas Fréour.

Écouter le podcast

"Les examens en amont ne sont pas très nombreux. Il s’agit de quelques prises de sang et d’une consultation médicale. Par la suite, le donneur viendra à l’hôpital donner ses spermatozoïdes à plusieurs reprises. Le temps de présence à l’hôpital est très restreint puisqu’il s’agit en tout et pout que du prélèvement de spermatozoïdes, qui n’est pas censé prendre la journée. Il n’y a pas d’hospitalisation à prévoir."

Un don anonyme et gratuit

Le don de spermatozoïdes et d’ovocytes est entièrement anonyme et gratuit. Les frais de transports et de garde d’enfants sont pris en charge. Donner ses ovocytes pour les femmes est un peu plus compliqué que pour le don de spermatozoïdes chez les hommes.

Écouter le podcast

"En ce qui concerne le don d’ovocytes, il y a quelques examens en amont, une ou deux consultations et quelques prises de sang pour s’assurer que la donneuse est éligible au don d’ovocytes. Les conditions d’âge sont un peu plus sévères parce qu’il faut être âgée de 18 à 37 ans et là aussi il faut que le conjoint soit d’accord. En revanche, le traitement c’est un peu plus contraignant parce qu’il s’agit d’injections à faire à domicile, pendant une douzaine de jours environ. Pendant cette période de traitement il y aura là aussi des prises de sang et des échographies. Ca se terminera par une hospitalisation pour le prélèvement d’ovocytes sur une journée. La donneuse vient le matin et rentre chez elle l’après-midi. La femme peut donner ses ovocytes deux fois successives si elle le souhaite, mais pour un don, il faudra compter en tout deux à trois semaines, et ensuite il faudra que la dame attende quelques mois le temps que les ovaires reviennent au repos pour se relancer dans la procédure, mais ce sera au maximum deux fois, alors que pour les hommes on leur propose de venir nous donner à plusieurs reprises leurs spermatozoïdes par masturbation au laboratoire".

Trois centres dans l'Ouest

Comme il n’existe que deux centres dans l’ouest pour les dons de gamètes, les prises de sang et les échographies peuvent être faites près de son domicile. On rappelle que le don de spermatozoïdes et d’ovocytes est entièrement anonyme et gratuit.

Quels risques prennent les donneurs ?

Le prélèvement d’ovocytes est une intervention pas plus risquée que l’opération des dents de sagesse :

Écouter le podcast

"évidemment comme pour toutes les procédures médicales quelles qu’elles soient, on ne peut jamais dire qu’il y a un risque zéro. Maintenant les risques ils sont extrêmement faibles. Ils sont inférieurs à 1/2000 pour les complications pour les ponctions ovariennes. On ne peut pas dire que les complications n’arrivent jamais mais elles sont extrêmement rares. C’est comme quand on se fait opérer de l’appendicite ou des dents de sagesse. Les complications quand elles interviennent elles sont bien connues et dépistées rapidement et traitées facilement dans l’immense majorité des cas".

Un donneur peut contribuer à la naissance de 10 enfants

Chez les hommes, un donneur donnera naissance à 10 enfants maximum.

Écouter le podcast

"Ca peut paraitre beaucoup 10 enfants, si on les imagine tous qui ont le même âge, qui naissent au même endroit, mais en pratique il faut savoir que les spermatozoïdes qu’on utilise sont congelés. On peut les garer pendant plusieurs années avant de les utiliser sans aucun problème. Surtout les couples receveurs qui viennent nous voir, viennent de tous l’ouest de la France, quasiment entre Lorient et La Rochelle, donc c’est sur un bassin de population extrêmement important. Il n’y a aucun risque pour les donneurs de croiser dans la rue une dizaine d’enfants qui lui ressembleront et pour lesquels il serait inquiet. D’ailleurs en pratique la nature est assez bien faite, les enfants qui sont issus du don de spermatozoïdes, ressemblent le plus souvent à leurs parents, et pas à un hypothétique donneur de spermatozoïdes anonyme".

En 2016 en Pays de la Loire, 221 couples ont bénéficié de ces dons et 102 enfants sont nés grâce à ces dons de sperme. Renseignement sur le site du chu www.chu-nantes.fr ; service de Médecine de la Reproduction 02 40 08 43 70.

Il existe aussi deux centres de dons à Rennes www.chu-rennes.fr et la Clinique mutualiste La Sagesse http://clinique-rennes.fr/assistance-medicale-a-la-procreation/assistance-medicale-a-la-procreation-amp