Coronavirus : un marchand ambulant de Carnac se rebelle

5 mars 2020 à 6h28 par Alexandra BRUNOIS

Les marchés sont interdits depuis lundi dans les communes morbihannaises concernées par des cas groupés de coronavirus : Auray, Crac'h et Carnac... auxquelles on rajoute depuis hier Brec'h et Saint-Pierre-Quiberon. Mais, des commerçants ambulants jugent cet interdiction injuste et excessive, alors que les grandes surfaces par exemple restent ouvertes. Reportage de Yann Launay sur un marché "alternatif' à Carnac.

HIT WEST
Crédit: Yann Launay

A Carnac, un vendeur de fruits et légumes bio a décidé de braver l'interdit en organisant ce mercredi matin (04 mars) un mini marché "alternatif", devant chez lui, dans un hameau de Carnac. Nicolas Le Lostec estime que les marchés ne font pas courir plus de risques aux clients que les grandes surfaces :

Écouter le podcast
"On vend comme les grandes surfaces, les files d'attentes sont assez courtes, il n'y a pas de confinement. On peut très bien dire aux clients de ne pas toucher aux marchandises, nous avons la possibilité de nous laver les mains sur la plupart des marchés, donc on limite tout risque de contamination... Pourquoi les grandes surfaces restent ouvertes et pas les marchés ? Je n'ai pas d'explication, il y a un manque de cohérence..."

Si Nicolas organise des marchés "alernatifs", sans autorisation, c'est pour continuer à servir ses clients et pour écouler des marchandises évidemment périssables :

Écouter le podcast
"On a tout ce qui est salade, produits fragiles : endives, poireaux.. Et aujourd'hui cette marchandise nous reste sur les bras, on doit à tout prix trouver un moyen de la vendre, parce que personne ne va nous la rembourser : pour ce qui est contamination virale, ce n'est pas prévu dans les contrats d'assurance..."

CARNAC MARCHE ALTERNATIF CRUCUNY NICOLAS LE LOSTEC ET UNE CLIENTE.jpg (393 KB)

Pour ce petit marché "sauvage" de mercredi, les clients étaient au rendez-vous, et soutiennent les commerçants ambulants. C'est le cas par exemple de Sandrine et Julien :

Écouter le podcast
"En matière de gestion du risque sanitaire, je ne comprends pas pourquoi je prends plus de risques en plein air qu'enfermée dans une grande surface... J'achète toujours mes légumes aux producteurs locaux, je ne vais pas aller les acheter en grande surface, c'est hors de question.(..) J'ai préféré venir avec mes filles faire le marché, en respectant les précautions élémentaires pour ne pas propager le virus, mais cela me paraît moins risqué en milieu ouvert qu'en milieu confiné dans un supermarché..."

Nicolas Le Lostec a contacté la préfecture du Morbihan, pour demander l'autorisation d'organiser des marchés à Auray ou Carnac en respectant certaines précautions comme le port du masque par les commerçants, l'interdiction aux clients de toucher les marchandises, et le lavage des mains du commerçant entre 2 clients. Mais quelle que soit la réponse de la préfecture, un nouveau marché "alternatif" est prévu ce dimanche à Carnarc.

A Auray aussi, les commerçants des halles municipales fermées depuis mardi eux souhaitent rouvrir demain… malgré l’interdiction. Ils demandent au préfet et au maire de retirer l’arrêté les interdisant d’ouvrir. Un arrêté « discriminatoire » selon eux qui n’est bas » sur « aucun fondement scientifique viable ».