Chut ! A Saint-Julien, le feu passe au rouge quand les enfants font du bruit

5 février 2021 à 4h25 - Modifié : 5 février 2021 à 6h20 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Yann Launay

Un feu tricolore qui passe au rouge quand les enfants font trop de bruit : c'est le dispositif que la commune de Saint Julien, près de Saint-Brieuc, vient d'installer dans son restaurant scolaire. Yann Launay s'est rendu sur place.

Dans les Côtes-d'Armor, une expérimentation menée à Saint-Julien tente de limiter le volume sonore. Installé en hauteur, sur un mur de la salle, le feu tricolore est un sonomètre qui réagit aux fluctuations du bruit ambiant, comme l'explique sur place Fabrice Bouliou, responsable Enfance Jeunesse à la commune de Saint-Julien à Yann Launay :

Écouter le podcast

"ça veut dire que le vert, c'est très bien, le orange, il y a un peu de bruit, et le rouge, c'est très bruyant. Il faut savoir que la normale, pour nos oreilles, c'est 80 - 85 décibels, et là on monte à 103... Le but c'est que les enfants regardent le feu régulièrement, afin qu'ils baissent le niveau sonore par eux-mêmes, sans qu'on ait besoin de leur dire... Le but n'est pas d'éviter qu'ils parlent, c'est de diminuer le niveau sonore, pour manger dans un environnement plus apaisant..."

FEU TRICOLORE ANTIBRUIT CANTINE ST JULIEN SALLE 1.jpg (340 KB)

Le feu tricolore émet un signal sonore lorsqu'il arrive dans le rouge. Une fonction qui a été désactivée, à Saint-Julien : le signal sonore se déclenchait trop souvent... Alors après 15 jours d'expérimentation, est-ce que ce feu tricolore améliore vraiment les choses ? Et que pensent les premiers concernés, les enfants, de ce dispositif ? Quelques réponses :

Écouter le podcast

"ça peut nous montrer qu'il faut arrêter de faire du bruit, parce que c'est important pour nos oreilles, pour les personnes qui travaillent ici (...), Le feu, il y en a qui ne le respectent pas... Avant, quand il y avait le son, il y en a qui faisaient exprès de le faire monter au rouge pour qu'il sonne (...) Avec le masque, dès qu'on parle normalement ou qu'on rigole, ils pensent qu'on fait exprès... Ils ont arrêté de le faire sonner, parce qu'au bout du deuxième jour, on s'était habitué, et du coup ça marchait plus..."

FEU TRICOLORE ANTIBRUIT CANTINE ST JULIEN SALLE 2.jpg (236 KB)

Une nouvelle étape

Cette expérimentation est une nouvelle étape dans une démarche déjà entamée de longue date : dans la grande salle du restaurant scolaire, les tables et chaises ont été changées pour des modèles spécialement étudiés pour réduire les bruits d'impact. Mais pour la responsable du restaurant scolaire, le feu tricolore, lui, n'a pas encore fait la preuve de son efficacité. Pour Colette Le Gal, ce système pouvait sembler bien conçu sur le papier :

Écouter le podcast

"Nos gaillards, quand le feu est au rouge, ils en sont contents... Ils ont pris ça pour un jeu... Alors depuis quelques jours, on ne met plus le son. Maintenant, le feu se met au rouge sans donner l'alarme, donc les enfants n'y font plus attention, ils ne le remarquent même plus..."

FEU TRICOLORE ANTIBRUIT CANTINE ST JULIEN GROS PLAN.jpg (240 KB)

Le feu tricolore ne peut se suffire à lui-même

Pour la municipalité, il est clair que ce feu tricolore ne peut se suffire à lui-même, c'est un support, comme l'explique Nathalie Guimard, adjoint à la Jeunesse et à l'Education de Saint-Julien :

Écouter le podcast

"L'idée, c'est aussi que le personnel puisse échanger avec les enfants, ce n'est pas de les réprimander sur le bruit sans arrêt : c'est de les rendre un peu acteurs, qu'ils prennent conscience qu'il y a des seuils, qu'ils visualisent le nombre de décibels pour les oreilles, qu'ils sachent un peu comment ça fonctionne..."

Un outil pédagogique avant tout

A première vue, ce dispositif peut surprendre, voire effrayer, mais pour Bertrand Lecollinet, adjoint à la Culture et à la Communication, l'objectif n'est pas d'imposer une contrainte supplémentaire aux enfants, en ces temps déjà compliqués :

Écouter le podcast

"Ce feu tricolore, ce n'est pas du tout un outil répressif, c'est un outil pédagogique. L'idée, c'est de les responsabiliser, de les sensibiliser dès le plus jeune âge : attention, il ne faut pas monter trop haut dans le volume sonore, c'est quelque chose d'important... Vos oreilles sont importantes..."

La municipalité tirera les conlusions de cette expérimentation dans quelques mois. Un reportage de Yann Launay.