Actualités régionales

Campus Tour : terminus à Vannes avec la navale

01 février 2019 à 15h42 Par Katell LAGRE
Le Hit West Campus Tour était au salon Infosup de Vannes, aujourd'hui, le salon des études après le bac. Plusieurs centaines de formations sont présentées, au Parc Chorus, jusqu'à demain avec à l’honneur les métiers de la filière navale ...

Les besoins de main d'oeuvre dans le secteur naval sont réels, avec des carnets de commande bien remplis aux Chantiers de l’Atlantique de Saint Nazaire, chez Naval Group pour la construction militaire, on encore aux chantiers Piriou de Concarneau.

Une industrie qui recrute mais qui doit toujours lutter contre les idées reçues, comme l’explique Chantal Pellaé, cheffe de projet chez Naval Group :

Écouter le podcast
« Nous sommes sur des métiers de haute technologie, et même sur les métiers de production, où l’on imagine Zola, la mine… on est absolument plus dans cette dimension là : les conditions de travail se sont nettement améliorées, la sécurité est la priorité des industriels, et les personnes qui travaillent pour ces groupes ont des salaires plus que corrects, et la garantie d’évolution possible en compétences et en responsabilités.. »

Pour se renseigner, un site internet : www.cinav.fr

L’industrie navale, c’est le choix fait par Arthur, 21 ans, en licence pro métiers de la construction navale à l’IUT de Lorient… et déjà en entreprise, en alternance, sur le site Naval Group d’Indret, près de Nantes :

Écouter le podcast
« Je suis technicien méthode industrialisation : on est l’interface entre le bureau d’étude, qui conçoit les pièces, et l’atelier qui les produit. Je travaille sur la propulsion des sous-marins : fier de travailler pour la défense du pays… J’ai un peu de mal à comprendre les gens qui ne savent pas trop quoi faire, mais je pense que tout simplement ils ne connaissent pas : peut-être que ça manque de visites d’entreprises, de professionnels qui viennent dans les classes.. »

Pour ne pas se perdre parmi les centaines de formations proposées dans un salon tel qu’Infosup, les lycéens doivent se préparer, et bien sûr affiner leur projet d’orientation… et dans ce domaine, pas de secret : il faut approfondir sa connaissance du monde du travail, sa connaissance des métiers, au-delà des clichés, des caricatures, comme l’explique Christian Lorent, directeur du Centre d’Information et d’Orientation de Vannes-Ploërmel :

Écouter le podcast
« Par exemple, dans les métiers techniques, dans les métiers du bâtiment, les métiers technologiquement pointus, avec un bac pro on est souvent beaucoup mieux rémunéré qu’en faisant des formations autour de la vente : il y a plein de représentations comme cela que les jeunes ne maîtrisent pas, donc il faut qu’ils soient curieux de rencontrer des professionnels… »

Pour Christian Lorent, la plateforme Parcoursup, qui reste controversée, a pourtant apporté à ses yeux un vrai plus pour l’orientation :

Écouter le podcast
« Parce qu’il y a tout ce travail sur les attendus des formations, qui permet de réfléchir en termes non plus de diplôme, mais de compétences. On a vu les bac pro et les BTS, qui avaient tendance, plutôt par absence de projet, à aller s’inscrire à l’université, y aller moins, et aller s’inscrire dans des BTS et des DUT, là où ils peuvent réussir. »

La réforme du lycée peut aussi, pour Christian Lorent, permettre une meilleure orientation des jeunes, avec son système de parcours « à la carte »… mais à certaines conditions :

Écouter le podcast
« Ce qui complique les choses, c’est qu’on raisonne encore avec l’ancienne formule : il y avait des filières (S, Es, L) qui permettaient d’accéder à certaines écoles… L’objectif de la réforme, c’est d’avoir des gens qui ont choisi des spécialités différentes, mais qui vont intégrer une même formation supérieure.. Donc tout va dépendre de la façon dont les formations d’enseignement supérieur vont intégrer des jeunes qui ont choisi des spécialités très différentes… »

Reportage de Yann Launay.