Actualités régionales

Bientôt le départ pour Grain de Sail

16 septembre 2020 à 07h18 Par Alexandra BRUNOIS
Crédit photo : Yann Launay

Le rêve de Grain de Sail est en passe de se réaliser : son premier voilier de transport de marchandises est en finition au port de Lorient. L'entreprise morlaisienne veut embarquer du vin vers l'Amérique du Nord, charger du chocolat et du café en République Dominicaine pour les ramener à Saint-Malo où ils seront transformés. Yann Launay a rencontré avec son capitaine.

Le voilier, baptisé VOTAAN 72 pour Voilier Océanique de Transport Transatlantique Innovant de 72 pieds, est une goélette de 24 mètres avec une coque en aluminium, construite à Couëron, près de Nantes un voilier capable d'emporter 50 tonnes de marchandises par tous les temps, comme le souligne Loïc Briand, son capitaine :

Écouter le podcast
"L'objectif c'est d'être capable de faire face à des cyclones, en sécurité... et c'est quand même d'avancer : on a près de 500 m² de voiles au portant..."

GRAIN DE SAIL VOTAAN 72 LOIC.jpg (402 KB)

UNE EMBARCATION ECOLO

Le moteur diesel sera utilisé seulement pour entrer ou sortir des ports. L'objectif est de réduire l'empreinte carbone totale, et pas seulement pour la propulsion :

Écouter le podcast
"L'ensemble de la consommation électrique du bord, y compris pour la réfrigération de la cale, sera faite sur des énergies vertes : on a 3 parcs de panneaux solaires, des hydrogéénrateurs et des éoliennes, qui doivent permettre d'alimenter tout le navire..."

GRAIN DE SAIL VOTAAN 72 LOGO.jpg (192 KB)

Premier départ prévu le 12 octobre, de Saint-Malo, avec à bord des vins biologiques à destination de New-York :

Écouter le podcast
"On a un sommelier qui a fait un tour de toutes les régions, l'objectif était de trouver des vins biologiques, atypiques et bons. On aura du vin d'Alsace, de Loire, de Bourgogne, du muscadet aussi..."

Plusieurs semaines de voyage seront nécessaires, avec un équipage de 4 personnes... Alors est-ce pour le symbole écologique, pour l'image de la société, ou est-ce réellement rentable ? :

Écouter le podcast
"Oui c'est rentable, et c'est ça qui est rigolo... On n'est pas transporteur, on est un maillon de la chaîne "Grain de Sail". Si on faisait simplement le transport, probablement ce ne serait pas rentable et ce serait compliqué. Mais aujourd'hui, le surcoût avec ce navire, par tablette de chocolat, c'est 10 centimes. Demain, sur les prochains navires, on descendra à moins de 5..."

GRAIN DE SAIL VOTAAN 72 CALE.jpg (345 KB)

UN PREMIER VOYAGE SANS ESCALE

Le premier voyage va se faire dans le contexte compliqué de la pandémie : les mesures sanitaires peuvent-elles modifier les plans ? :

Écouter le podcast
"Même si on ne peut pas débarquer à New York, ce n'est pas grave, on pourra débarquer la marchandise. On restera sur le bateau... Initialement, on devait avoir du monde pour nous accueillir à terre, et c'est vrai que je trouvais ça rigolo de faire la tournée des bars à vins bio à New-York... Après, les escales ne sont pas un but en soi... Le but reste le transport... Escale ou pas, je serai déjà très fier de pouvoir arriver sous voile devant la Statue de la Liberté avec les cales chargées de vin..."

FAUSTINE, MEMBRE D'EQUIPAGE

Parmi les 4 membres d'équipage, une jeune Lieutenant navigation : Faustine Langevin, 23 ans, originaire de Saint-Malo, heureuse de quitter la marine marchande "classique" pour le transport à la voile :

Écouter le podcast
"Je travaillais sur des pétroliers... En tant qu'officier de la marine marchande, ce qu'on nous offre comme métier, c'est surtout sur des cargos, sur des bateaux plus gros... et un peu plus polluant... C'est ce qui donne aussi tout un sens, le fait de se dire qu'on va retourner à de la navigation comme avant, sauf qu'on va utiliser des moyens plus modernes : on aura des voiles comme avant, mais des équipements qu'on peut trouver sur des bateaux de course..."

GRAIN DE SAIL VOTAAN 72 FAUSTINE.jpg (292 KB)

Faustine est impatiente de larguer les amarres, même si l'aventure humaine a en fait déjà commencé :

Écouter le podcast
"Là on est vraiment tous à fond pour bosser sur la fin du bateau. On va se retrouver en mer sur ce bateau qu'on aura fini de construire ensemble... Après, il y a un peu de trac : on attend beaucoup de nous et de cette première traversée..."

Départ de Saint Malo prévu le 12 octobre. Retour en Bretagne environ trois mois plus tard.