Après les César, les Oscars !

23 février 2019 à 12h27 par Cécile DAUGUET / Dolorès CHARLES

La 44è cérémonie des César. Deux coproductions bretonnes étaient nominées dans la catégorie Court-Métrage d'Animation, mais aucune n'a été récompensée.

HIT WEST
L'affiche de la 44e édition des César
Crédit: Académie des Arts et Techniques du Cinéma

"Raymonde et l’évasion verticale" est un film Papy 3D Productions et JPL Films, une société de production rennaise. Il était en lice vendredi soir aux César, avec trois autres oeuvres pour le prix du meilleur film d'animation (court-metrage) et surtout opposé au "Coeur des Ombres", une autre coproduction de la capitale bretonne. Un beau coup de projecteur sur les deux spécialistes du film d'animation, nominés ensemble pour la première fois.

Raymonde et l'Evasion Verticale

Raymonde et l’Evasion Verticale est un film de 16 minutes en Stop Motion, une technique d’animation image par image. L’histoire est celle de Raymonde, une femme-chouette d’une soixantaine d’années qui vit seule, à la campagne. Une femme lassée de sa vie et voudrait la pimenter. Une femme troublée par une notion de désir qu'elle ne maîtrise pas. Camille Raulo, productrice à JPL Films, décrit le personnage principal du court-métrage, au micro d'Emilie Plantard.

Écouter le podcast

« C’est une femme qui n’a jamais connu l’Amour et qui s’est réfugiée dans l’église sans y trouver le réconfort qu’elle puisait auparavant. Elle va mettre son dévolu sur le facteur mais ça ne va pas se passer comme elle le souhaite et donc on suit ce personnage dans cette frustration. »

Une technique exigeante

Les personnages sont des marionnettes qui sont mises en scène et photographiées. Il faut en moyenne une journée pour réaliser une seconde de film. Un énorme travail réalisé à Rennes, dans les studios de JPL Films par des techniciens locaux. 

Écouter le podcast

« On a fait toute la fabrication et tout le tournage à Rennes. Il y a des postes spécifiques sur le modelage des marionnettes, les squelettes des marionnettes qui doivent être solides, sur les décors également qui ont tous été reconstitués, à l’échelle des personnages. »

Au Coeur des Ombres

Le second film est un court métrage d'animation de 13 minutes qui raconte l'histoire de Natalia, une jeune femme qui vit dans un monde surréaliste où on peut déposer son coeur à la banque pour ne pas tomber amoureux. Une coproduction de Vivment Lundi, une société de production rennaise, elle aussi.

Deux films sur les quatres en compétition, c’est une chance sur deux de voir un film rennais récompensé par le César du meilleur court-métrage d'animation. Mais cela n'aura pas suffit, aucun n'a été récompensé, le César du meilleur court-métrage d'animation a été décerné à "Vilaine Fille."

Les Pays de la Loire derrière le film "Mademoiselle de Joncquières" et Philippe Katerine

Sinon le long métrage « Mademoiselle de Joncquières » tourné au Château de Sourches en Sarthe, a reçu le César des meilleurs costumes. C'est un film qui été soutenu par la Région des Pays de la Loire, à hauteur de 130 000 euros. Sorti en salles mi-septembre, le film d’Emmanuel Mouret avec Cécile de France et Edouard Baer est l’un des films français plébiscités par le public en 2018, puisqu’il a réuni près de 550 000 spectateurs. Il est nommé dans 6 catégories, dont celles de la meilleure adaptation, des meilleurs acteurs et des meilleurs décors !

On retiendra aussi le César du vendéen Philippe Katerine pour son rôle dans le Grand Bain, film de Gilles Lellouche, 10 fois nominé mais au final une seule fois récompensé.

Après les César, les Oscars

Robert Redford a reçu le César d'Honneur lors de cette 44ème cérémonie des César, présidée par Kristin Scott Thomas, et animée par Kad Mérad... ce soir on enchaîne avec les Oscars à Los Angeles !

Le palmarès complet ici !