Pays de la Loire

Projet éolien en Vendée : ouverture de l'enquête publique

04 avril 2018 à 07h20 Par Dolorès CHARLES
Rejeté au Sénat, l'amendement prévoyant la renégociation du cahier des charges des premiers parcs éoliens marins sera représenté à l’Assemblée nationale. En Vendée, ouverture ce mercredi 4 avril de l'enquête publique relative aux parcs.

C'est l’ouverture aujourd’hui des enquêtes publiques sur le projet de parc éolien, au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier, et sur son raccordement électrique au continent. Jusqu’au 23 mai, vous pouvez vous informer sur ce projet et donner votre avis en mairies ou (en ligne) sur le site de la Préfecture de Vendée. Des permanences seront organisées dans 18 communes, dont 3 en Loire-Atlantique (Préfailles, Pornic et La Plaine sur mer) et 15 en Vendée. Au total, la commission tiendra 27 permanences dont 5 à l’île d’Yeu et 9 sur l’île de Noirmoutier.

Le communiqué de la Préfecture de Vendée

"À la suite d’un appel d’offre lancé en 2013 par l’État, le projet éolien en mer au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier a été attribué au consortium GDF SUEZ (désormais Engie) EDP Renewables – Neoen marine (désormais propriété de la caisse des dépôts et consignations). Ce consortium a constitué la société éoliennes en mer îles d’Yeu et de Noirmoutier (EMYN) pour réaliser ce projet.
Parallèlement, Réseau de Transport d’Electricité (RTE) a la charge de dimensionner, construire et mettre en place la liaison électrique entre le poste électrique en mer et le point de raccordement à terre. Les deux maîtres d’ouvrages ont déposé à la préfecture de la Vendée le 9 mars 2017 des dossiers de demande d’autorisation nécessaires à la réalisation du projet.

Après une phase d’instruction au cours de laquelle ont notamment été consultés de nombreux services de l’État, collectivités territoriales et des organismes privés susceptibles d’être concernés par le projet, l’examen du projet peut se poursuivre en le soumettant à enquête publique. L’ensemble des avis recueillis lors de l’instruction seront intégrés dans le dossier d’enquête publique.
Les enquêtes publiques sur le projet de parc éolien au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier et sur son raccordement électrique au continent se tiendront du 4 avril au 23 mai 2018.
Le président du tribunal administratif de Nantes a désigné une commission composée de cinq commissaires enquêteurs pour conduire ces enquêtes. Des permanences seront organisées dans 18 communes, dont 3 en Loire-Atlantique et 15 en Vendée. Au total, la commission tiendra 27 permanences dont 5 à l’île d’Yeu et 9 dans les différentes communes de l’île de Noirmoutier. Le public pourra prendre connaissance de l’ensemble du dossier déposé par les porteurs de
projets, ainsi que des avis recueillis en cours d’instruction.

Au regard de ces éléments, le public pourra formuler des observations sur le projet. Le dossier et les registres d’enquêtes seront accessibles au siège de la communauté de communes de l’Île de Noirmoutier et dans les mairies de Barbâtre, La Barre-de-Monts, Beauvoir-sur-Mer, Bouin, L’Épine, La Guérinière, l’Île d’Yeu, Noirmoutier-en-l’Île, Notre-Dame-de-Monts, Le Perrier, La Plaine-sur-Mer, Pornic (mairie annexe de Sainte-Marie-sur-Mer), Préfailles, Saint-Gilles-Croix-de-
Vie, Saint-Hilaire-de-Riez, Saint-Jean-de-Monts et Soullans.

Afin de favoriser l’information et la participation du public, une adresse courriel et un registre électronique seront ouverts pendant toute la durée des enquêtes. À partir du registre dématérialisé (accessible sur le site internet de la préfecture à la rubrique « publication/Enquêtes publiques et consultation du public / Noirmoutier-en-l’île »), il sera possible de prendre connaissance de l’intégralité du dossier d’enquête publique et des observations déposées, et d’adresser des observations directement à la commission d’enquête. Les observations et propositions recueillies seront ensuite analysées par les membres de la commission d’enquête publique dans le rapport que cette dernière remettra à l’issue de l’enquête et pourront ainsi être prises en considération par les maîtres d'ouvrages, ainsi que par l'autorité administrative compétente pour prendre les décisions concernant le projet de parc éolien".

L'éolien en mer, trop cher !

C'est en substance le message passé par le Ministère de l'écologie. Un amendement, rejeté au Sénat en mars a été déposé pour permettre la renégociation des tarifs de l'électricité, produite par les éoliennes-offshore françaises. Dans l'ouest, plusieurs projets pourraient être retardés, dont le parc de 62 éoliennes prévu entre Noirmoutier et l'île d'Yeu. Fabien Bouglé, porte-parole du Collectif « Touche pas à nos îles » opposé au projet éolien, explique le souhait du Gouvernement, au micro d'Aléxis Bédu.

Écouter le podcast

« C'est comme si l'Etat devait racheter le litre de diesel à 8 euros. L'Etat dit : « On ne peut pas acheter à un prix quatre à cinq fois plus élevé que le prix habituel donc on souhaite renégocier totalement le tarif de rachat de l'électricité provenant d'éoliennes offshore aux promoteurs éoliens ». Pour cela, l'Etat dépose un amendement pour revoir les tarifs et les projets. Si ce n'est pas possible, cela pourrait aller jusqu'à une annulation définitive des six centrales éoliennes prévues entre Noirmoutier et Le Tréport ».

Rejeté au Sénat, l'amendement prévoyant la renégociation du cahier des charges des premiers parcs éoliens marins sera représenté à l’Assemblée nationale. Le collectif « Touche pas à Nos Iles » a récemment écrit au secrétaire d’Etat à la transition écologique, Sébastien Lecornu, pour lui demander l’annulation ou le report de l’enquête publique prévue à compter du 4 avril sur la création de cette centrale éolienne.

EELV

Pour les élus écologistes et citoyens de la Région Pays de la Loire : « L’Etat et les porteurs de projets doivent se mettre autour de la table et s’accorder sur un juste prix de l’électricité produite par l’éolien en mer, afin que le lancement des parcs puisse se faire rapidement sans prendre encore plus de retard. »