A Nantes, une crêperie fait un geste pour la cathédrale

21 juillet 2020 à 14h18 par Emilie PLANTARD

Ouverte il y a 4 ans dans le centre-ville de Nantes, la crêperie Ker Juliette veut contribuer aux travaux de reconstruction de la cathédrale. Un juste retour des choses pour les gérants.

HIT WEST
Crédit: @Hit West

Il y a 4 ans, Philippe et Juliette Fontaine, le père et la fille, ouvrent un premier restaurant Ker Juliette dans les ruelles piétonnes de Nantes. Un concept de crêperie en mode rapide, qu’ils ont ensuite étendu à Saint-Herblain et à Paris. Samedi matin, l’incendie de la cathédrale les a particulièrement émus. Très rapidement, ils ont pris la décision de participer à la reconstruction de son orgue. A partir de ce mardi 21 juillet, ils reverseront donc 1 euro à la Fondation du Patrimoine pour chaque menu acheté. Un geste symbolique, mais Philippe Fontaine se dit qu’il doit bien ça à ses clients nantais :

Écouter le podcast
"C’est nous qui le prenons en charge, c’est un euro que nous reversons sur le menu qui est payé par nos clients, nos menus allant de 9 à 13 euros. C’est un moyen pour nous de remercier tous les nantais qui nous ont permis d’apparaître dans le paysage nantais. Nous avons déjà ouvert 2 restaurants, nous en ouvrons un troisième en fin d’année en gare de Nantes, tout ceci est permis grâce à la fidélité de nos clients et c’est un moyen de dire aussi merci aux nantais. Et de renvoyer ce geste symbolique, certes, mais toujours important."

La générosité malgré la crise

Un geste symbolique pour soutenir le patrimoine local, mais qui a malgré tout un coût et c’est notable dans un contexte actuel plutôt défavorable à la restauration. Le gérant ignore combien il va pouvoir donner à la Fondation, mais il veut faire cet effort.

Écouter le podcast
"Ça dépendra du nombre de menus vendus, mais ça va représenter j’espère quelques milliers d’euros. C’est vrai que l’époque est compliquée pour nous, comme beaucoup de restaurateurs, il n’empêche que dans ces moments-là, on peut aussi penser à la solidarité, à être présent, j’espère que d’autres nous suivront. Oui, période compliquée on ne va pas dire le contraire mais on a quand même les reins qui nous permettent de pouvoir aider."

Un an après Notre Dame...

Un peu plus d’1 an après le dramatique incendie de Notre-Dame–de-Paris, celui de la cathédrale de Nantes ravive de mauvais souvenirs. Mais Philippe Fontaine veut également se souvenir du bel élan de solidarité qui avait suivi. Et s’en inspirer.

Écouter le podcast
"C’est vrai que Notre-Dame-de-Paris a été un élan populaire immense, ça se répète à Nantes, donc on se dit, on est nantais, on appartient à Nantes et aux nantais donc on a eu spontanément envie de faire quelque chose. La religion aussi, nous sommes catholiques, mes 4 enfants ont fait leur confirmation à la cathédrale, et pour nous c’est ce côté religieux aussi, évidemment. J’espère qu’on ne sera pas les seuls, que d’autres vont y penser ou y pensent déjà, Nantes en aura besoin."

Cette opération, un menu acheté, un euro reversé à la Fondation du Patrimoine est prévue pour l’instant jusqu’au 31 juillet.
Ker Juliette, 4 place de la bourse à Nantes.