Ça coince au niveau des vaccins anti-grippe

26 octobre 2020 à 15h26 par Emilie PLANTARD

Vous avez peut-être tenté d'aller vous faire vacciner contre la grippe saisonnière⬦ En Vain. Normal, les pharmacies sont en rupture de stock et attendent d'être réapprovisionnées.

HIT WEST
Crédit: @Hit West

C’était un scénario envisagé, la pénurie de vaccins anti-grippe est une réalité, depuis plusieurs jours déjà. Dès la première semaine, environ 3 millions de personnes se sont fait vacciner contre la grippe saisonnière, suivant les recommandations des autorités de santé. Une ruée qui a impressionné Denis Millet, pharmacien à Nantes et co-président de la Fédération des Syndicats de Pharmaciens de France en Loire-Atlantique. Le 1er jour de la campagne, il a reçu plus de 400 visites dans son officine, contre 180 habituellement…

Écouter le podcast
"On craignait une pénurie, ce qu’on n’avait pas mesuré c’est l’afflux de personnes les premiers jours, en 4 jours les pharmaciens ont vendu l’équivalent de ce qu’ils vendent sur le mois d’octobre. Comme on était sur plusieurs livraisons, la deuxième livraison devrait être un peu retardée du fait de la demande mondiale, elle va arriver retardée sur une vaccination qui s’est accélérée donc effectivement ça créé des trous dans le planning. Moi je n’en ai plus depuis vendredi 17 et je n’ai pas encore reçu ma nouvelle commande."

Un taux de vaccination important

L’immense majorité des personnes ayant été vaccinées sont des personnes à risque, ayant eu un bon de prise en charge distribué par la sécurité sociale. Preuve qu’en cette période difficile de pandémie à la Covid-19, le message incitant à se faire vacciner a été entendu.

Écouter le podcast
"Oui j’ai l’impression que le message a été entendu puisqu’il y a des gens qui se décident à le faire enfin alors qu’ils ont le bon depuis plusieurs années qui se disaient oui je vais le faire, d’autres qui avaient arrêté depuis 3 ou 4 ans… On a des gens qui le font systématiquement chaque année et là on n’a pas mal de gens qui viennent ou qui reviennent à la vaccination. C’est une bonne nouvelle pour la vaccination parce que ça fera moins de gens qui risquent d’encombrer les services avec des grippes compliquées, après il faudra garder les bonnes habitudes l’année prochaine, on verra l’année prochaine…"

Pénurie inquiétante...

Aujourd’hui, chez lui comme ailleurs, c’est donc le téléphone qui sonne plus souvent qu’à l’accoutumée ; Des détenteurs de bons de vaccination qui cherchent où se procurer une dose. Denis Millet attend d’être livré cette semaine, il le sera de nouveau courant novembre. Malgré cela, il redoute de ne pas pouvoir servir tout le monde…

Écouter le podcast
"Les gens s’impatientent, on a beaucoup de coups de fil et on vient d’apprendre une assez mauvaise nouvelle c’est qu’on tablait que 15 millions de doses, et à priori on aura à peine 12… Donc il va manquer 3 millions. L’Etat nous avait annoncé qu’on avait commandé 20% de doses en plus, en réalité c’est 1 des 2 labos qui était plutôt minoritaire qui a repris des parts de marché à l’autre qui, lui était à plus 20, mais l’autre était à moins 10. Ce qui fait qu’au total, on va commander exactement la même chose que l’année dernière. Donc les 2 millions qu’on attendait ne seront pas là. Bien qu’on réserve les vaccins à la population à risque, il y a beaucoup de primo-vaccinant c’est-à-dire des gens qui ne s’étaient jamais fait vacciner et qui se font vacciner cette année, tous ceux qui ont un ticket auront un vaccin et tous ceux qui se réveilleront un peu tard n’en n’auront pas, c’est clair…"

Réservation indispensable

Si toutefois vous n’êtes toujours pas vacciné alors que vous avez un bon de prise en charge, le pharmacien nantais recommande d’anticiper et donc de réserver une dose mais dans une seule pharmacie pour ne pas créer de doublons. La situation est exceptionnelle et les professionnels essaient d’y faire face au mieux.

Écouter le podcast
"Le mieux c’est de réserver auprès de votre pharmacien, il vous connaît, et il faut respecter le mode de réservation qu’il a mis en place parce que chacun a choisi un mode de réservation particulier. Il est clair qu’on ne pourra pas appeler les gens quand ce sera arrivé, moi j’ai déjà 220 réservations je ne peux pas passer 220 coups de fil. Il faut demander à son pharmacien comment il s’organise, et s’il peut encore en avoir. En général on fait ça plutôt début novembre, là ce sera plutôt fin novembre pour un certain nombre de gens, ce n’est pas dramatique d’autant que la grippe n’est pas très virulente dans l’hémisphère sud, donc on pense que s’il y a grippe, elle arrivera plutôt tardivement. Donc il ne faut pas s’affoler sur la date de vaccination. Le plus tôt est le mieux mais pour l’instant, on fait avec."

A noter que le pharmacien constate une nette baisse des prescriptions pour d’autres maladies type gastro-entérite. Preuve que le respect des gestes barrières est efficace !