80 km/h : contrôles préventifs dans l'Ouest

3 juillet 2018 à 1h15 par Katell LAGRE / Dolorès CHARLES

Il va falloir s'y habituer : désormais la vitesse maximale autorisée est de 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central.

HIT WEST
Crédit: Yann Launay

Depuis dimanche, la vitesse sur les routes bidirectionnelles à double sens sans séparateur central, est passée à 80 km/h. Dix km/h de moins pour votre sécurité. Le GVT entend bien réduire le nombre de morts au volant avec cette nouvelle règle qui ne plait évidemment pas aux automobilistes obligés de lever le pied. Pour les sensibiliser, un contrôle préventif aura lieu cet après-midi à St Jean de Linières, à l’intersection de la D723 et de la D102. Hier, contrôle aussi du côté du Morbihan, à Plescop, près de Vannes.

Et pour les premiers contrevenants interceptés, pas d'amende, pas de retrait de point : il s'agissait de faire de la pédagogie... avec des automobilistes souvent loin d'être convaincus, comme le montre la réaction de cet(te) automobiliste interpellé(e) en excès de vitesse par les motards de la gendarmerie. Une réaction recueillie par Yann Launay.

Écouter le podcast

"Je ferais attention, parce que je tiens à mon permis, c'est mon moyen de travail, mais c'est un peu abusé, leur 80 km/h sur des routes qui roulent bien, où il n'y a pas de danger. On interpelle toujours les mêmes, ceux qui roulent, qui vont travailler, et qui vont encore avoir des amendes..."

Écouter le podcast

"Sur le 80 au lieu de 90, je n'ai pas d'opinion.. les statistiques, j'en ai pratiqué beaucoup, on leur fait dire ce que l'on veut. Mais sur le fait qu'un mec, à Matignon, dise "ce sera 80 sur toute la France, dans la Dordogne comme dans le Cantal, je ne suis pas d'accord."

Les contrôles vont se multiplier dans l'Ouest

Un contrôle pédagogique avait été mené dès dimanche en Mayenne, sur la D20, entre Château-Gontier et Segré dans le Maine-et-Loire. D'autres seront programmés dans les jours qui viennent dans l'Ouest, comme partout en France, mais à quel moment la prévention cédera-t-elle la place à la répression ? La réponse de Raymond Le Deun, préfet du Morbihan au micro de Yann Launay.

Écouter le podcast

"Il n'y a pas de durée qui a été fixée, c'est le souci effectivement de faire de la pédagogie, de l'information, le temps que la mesure rentre dans les têtes. Comme l'a dit le Premier Ministre Edouard Philippe, ce n'est pas une mesure pour embêter les gens, c'est une mesure pour sauver des vies. A chaque fois qu'il y a eu une réforme d'ampleur, notamment lorsqu'on est descendu à 90 km/h sur les routes de ce type, c'était en 1975, et on a enregistré des baisses de la mortalité sur la route."

Reportage de Yann Launay