Les Vieilles Charrues adaptées avec le contexte sanitaire

9 juillet 2021 à 8h25 - Modifié : 19 juillet 2021 à 9h45 par Alexandra BRUNOIS

Vieilles Charrues 2021
Crédit: Yann Launay-Hit West

C'est parti pour l'édition 2021 des Vieilles charrues : une édition particulière, adaptée aux contraintes sanitaires, avec 10 soirées à 5000 personnes, et une scène unique au lieu des 3 scènes et 4 soirées qui rassemblent habituellement 270 000 personnes à Carhaix.

Le festival des Vieilles Charrues a débuté hier soir. Une édition 2021 réduite : la première soirée, avec Vianney en tête d'affiche, a quasiment fait le plein jeudi. Des inconditionnels étaient au rendez-vous mais les festivaliers déguisés restaient rares. Sylviane, Stéphanie et Sarah ne passaient pas inaperçues, bien décidées à profiter de l'instant :

"On super contentes de revenir en festival... On voulait un peu plus de monde, mais c'est pas grave, on est quand même dans l'ambiance, on fait la fête. Il n'y a même pas de camping, ça, c'est dommage... On fera avec, on fera une petite pause dans la voiture, et on rentrera à la maison. En plus, on a pas eu beaucoup à marcher pour venir, le parking est à 100m. D'habitude il y a une heure de marche. On est contents d'être là. On est vivants, on fait la fête !"

Sylviane, Stéphanie et Sarah
Crédit: Yann Launay-Hit West

Une ambiance un peu sage au goût de certains festivaliers, et très familiale. Laura et Ludovic, par exemple, des habitués du festival, étaient cette fois-ci accompagnés de Lohan et Naël, leurs enfants de 9 et 5 ans : 

"Il y a beaucoup moins de monde que d'habitude, un environnement un peu plus sécure et plus cool, du coup on trouve ça super de venir en famille... Partager ça avec nos enfants pour la première année... En plus ils viennent voir un artiste qu'ils adorent... On leur a fait la surprise : ils ne savaient pas où ils allaient..."

Sylviane, Stéphanie et Sarah, des festivalières costumées
Crédit: Yann Launay
Lohan et Naël, de jeunes festivaliers à Carhaix
Crédit: Yann Launay

Les files d'attente à l'entrée du site sont restées modérées, et la plupart des festivaliers présentaient un pass sanitaire valide.. Et quand ce n'était pas le cas, il était possible de se faire dépister sur place, comme l'a expérimenté Nolwenn, venue de Plouigneau :

"J'avais fait mon vaccin il y a 13 jours... A 1 jour près, ça ne passait pas, on m'a demandé de faire le test.. C'est bien qu'on puisse faire le test sur place... Je m'attendais à aller chercher une phanrmacie de Carhaix.. C'est une bonne organisation... Donc c'est bon, on peut participer..."

Nolwenn a dû refaire un test sur place
Crédit: Yanna Launay

IL RESTE DES PLACES !!!

Côté organisation, les choses auront été compliquées jusqu'au bout : après les changements de règles sanitaires, c'est la météo qui a bien failli jouer les trouble-fête : les fortes pluies de ces derniers jours avaient transformé le parterre en terrain boueux... Le premier festival avec public debout a donc bien failli rester un concert assis... Mais les pelleteuses ont permi de rendre praticable une partie de l'espace, où la terre avait été remplacée par du sable... Finalement l'équipe du festival est soulagée, la soirée s'est déroulée comme prévu, et malgré les contraintes, malgré le fait que l'équilibre financier ne devrait pas être atteint, pas de regret pour Jean-Luc Martin, président des Vieilles charrues :

« C’est vrai, si on écoute certains, c’était plus simple de ne rien faire… Je vais dire presque  aujourd’hui qu’organiser 70 000 personnes, c’est plus facile que de faire comme on le fait cette année, parce que tout change… Mais on est en centre-Bretagne, quand on a décidé quelque chose, on le fait… On est trop content d’être là, et à refaire, on referait exactement la même chose, dans un endroit magique, complètement différent du festival normal, mais un endroit cocoon, au milieu des arbres, avec plein de lumières partout, et puis, enfin, du super son… »

Il reste des places, pour à peu près toutes les soirées, jusqu'au 18 juillet. Le festival n'y était plus habitué, les billets partaient en quelques heures, voire quelques minutes... Mais cette timidité ne surprend pas Jean-Luc Martin : « Les jeunes d’habitude ils viennent en équipe, ils viennent pour 4 soirs, bon , venir une soirée, être obligé de faire un test antigénique ,on se dit « on ira l’année prochaine »… Mais je reste persuadé que quand ils vont voir les premières images, les gens vont se dire : c’est quand même con de ne pas y aller… C’est pas complet ? Eh bien ce ne sera pas complet… Pour le plaisir de ceux qui seront là, on aura fait tout ce qu’on pourra, et je peux vous garantir qu’on va passer de super moments. » 

Julien-Luc Martin, président des Vieilles Charrues
Crédit: Yann Launay

Après Vianney, place ce vendredi soir à Misossec, Raphaël et Silly Boy Blue, avant Woodkid et Philippe Katerine samedi et dimanche.