Les transports gratuits de Vitré à Nantes

25 mai 2021 à 13h02 - Modifié : 1er juin 2021 à 9h01 par Dolorès CHARLES

Transports gratuits à Nantes
Transports gratuits à Nantes
Crédit: Cédric Mané

Retour sur la gratuité mise en place le week-end dans les transports en commun de la TAN, à Nantes (depuis un mois). A Vitré, la démarche de gratuité a été lancée il y a 20 ans, et le bilan est positif pour la présidente de l’agglomération vitréenne Isabelle le Callenec.

Vous l’aurez remarqué si vous êtes usagers de transports en commun : ils sont gratuits le week-end à Nantes depuis un mois (24 avril). C’est une première dans une agglomération de cette taille, mais cela existe déjà en France et dans l'Ouest dans de plus petites villes comme Dinan, Carhaix, Vitré, Mayenne ou encore Saint-Brévin-les-Pins. Attention dans ces villes, la gratuité c'est tout les jours mais à Nantes c'est seulement le week-end pour le moment. Coût du dispositif pour la métropole, 10 millions d’euros par an. Cette mesure de gratuité était une promesse de campagne de la maire PS, Johanna Rolland, et de son équipe, dont fait partie Bertrand Affilé l’adjoint aux stratégies de mobilité et aux déplacements au sein de Nantes métropole. Il explique à Cédric Mané le pourquoi de cette mesure :

« Les gens qui vont tester pendant le week-end des transports en commun, sont peut-être des gens qui hésitent à le faire par exemple pour aller au travail, et ils vont se rendre compte que c’est un moyen de transport performant, qui peut leur permettre de ne pas forcément passer plus de temps dans les bouchons en semaine… Et ce qu’on souhaite, c’est qu’on convertisse des usagers de la voiture solo pour prendre les transports en commun y compris le reste de la semaine »

Bertrand Affilé (Nantes métropole)
Bertrand Affilé (Nantes métropole)
Crédit: Cédric Mané

Les agents de la TAN inquiets

Des chauffeurs et contrôleurs de la TAN se disent inquiets, quant à l’organisation du temps de travail et notamment la prise en compte des samedi travaillés. Ils en sont déjà à six samedis sur dix en moyenne, selon les syndicats qui voudraient que ce nombre de week-ends travaillés baisse. La réponse de Bertrand Affilé :

« C’est nouveau, il y avait déjà le travail le samedi, ce travail qui devient plus régulier, c’est donc une suggestion particulière qui peut être reconnu par un régime indemnitaire, des primes, liées à ce travail du samedi, une compensation ».

Bertrand Affilé (Nantes métropole)
Bertrand Affilé (Nantes métropole)
Crédit: Cédric Mané

A Nantes, environ un usager sur cinq bénéficie d’une réduction calculée en fonction des revenus, ou même de la gratuité des transports pour les plus modestes. Environ 320. 000 personnes utilisent une carte de transport en commun dans l’agglomération et les tickets représentent un quart du budget des transports , les 3/4 restants étant de l’argent public.

A Vitré, la démarche est engagée depuis longtemps

Julie et Fabien avaient invité ce midi Isabelle Le Callenec, maire de Vitré, présidente de Vitré agglomération, et candidate LR aux élections régionales en Bretagne pour revenir sur cette mise en place de la gratuité dans la Ville il y a 20 ans (mai 2001). L'expérimentation est aujourd'hui toujours en vigueur dans la cité d'Ille-et-Vilaine, et ça marche. La gratuité a plusieurs avantages dont celui de limiter l'usage de la voiture et de préserver l'environnement. Il y a deux ans, la Ville a aussi misé sur un nouveau réseau (3 lignes) pour améliorer le service :

"Pour optimiser le service du bus, limiter la voiture en ville et préserver notre environnement, la décision a été prise par mes prédécesseurs ... et il y a deux ans puisque nous fêtons un nouvel anniversaire, un nouveau réseau a vu le jour il y a deux ans, puisqu'on essaie toujours d'améliorer le service pour inciter de plus en plus de vitréens à monter dans le bus : on a aujourd'hui 3 lignes, elles sont plus cadencées. Il y a un peu plus de passages dans les quartiers c'est connecté au TER matin et soir, on dessert de nouveaux quartiers et on a 3 nouveaux véhicules hybrides sur les 7 véhicules qui assurent le trafic et un site internet d'information."

Le coût est de 970 000 euros par an pour Vitré Agglomération, mais cela rapportait peu du temps de la non-gratuité pour Isabelle Le Callenec. Et le but initial est là, la baisse du trafic routier et 'augmentation du trafic des transports en commun avec 460 000 voyages par an, en bus et toujours plus de personnes qui l'empruntent :

"Tout le transport scolaire en particulier du matin a sacrément allégé le trafic notamment sur certains boulevards. Bien sûr il reste des voitures et nous n'avons pas éliminé la voiture pour autant, mais on s'est aperçu que le trafic avait augmenté. On a maintenant quasiment 460 000 voyages chaque année et toujours plus de personnes qui l'empruntent. On souhaite que cela continue dans ce sens là, c'est la raison pour laquelle on a lancé une enquête avec le délégataire pour savoir pourquoi les gens aujourd'hui ne montent pas dans le bus, et qu'est ce qui ferait qu'ils utiliseraient davantage les transports en commun. On essaie toujours d'améliorer les choses et la fréquentation."

Dans cette enquête de « satisfaction », il apparait que les personnes qui n’empruntent pas le bus ont des appréhensions pas forcément quant à l’insécurité (contrairement à d’autres villes plus touchées), mais par rapport à la durée du trajet ou aux horaires pour se rendre au travail, etc. Les Vitréens avancent aussi le peu de praticité à prendre le bus avec les enfants. Le questionnaire est à retrouver en ligne et les Vitréens ont jusqu’au 30 juin pour y répondre. 

Une interview à retrouver en intégralité ici !