Les intentions d'embauche bien réelles chez les cadres ligériens

7 mai 2021 à 7h15 - Modifié : 7 mai 2021 à 12h57 par Dolorès CHARLES

Job
Job
Crédit: Pixabay

La vie continue d'être agréable pour les cadres, même en recherche d'emploi, en Pays de la Loire. Malgré le contexte, 11.500 recrutements sont prévus cette année dans la Région par l'APEC, l'agence pour l'emploi des cadres. Cédric Mané.

Quelque 11 500 recrutements de cadre en 2021, en Pays de la Loire, c'est à peine moins que dans le monde d'avant, en 2019. Les secteurs phares restent l'informatique, le conseil aux entreprises, la recherche et l'industrie. Selon l'APEC, il y a des disparités, notamment pour les plus jeunes qui sortent d'école sans expérience parce que leur stage a été annulé ou biaisé. Michèle Sallembien, la déléguée régionale de l'APEC nous explique comment est soutenue cette population :

"Ils ne savent pas en général que l'APEC peut les accompagner à s'insérer dans le monde du travail. On essaie d'être très pratico-pratique. Parfois, en un seul atelier de quatre heures, ils sont reboostés. Il y a des opportunités à saisir, il faut juste un peu de méthodologie pour les trouver et se présenter. Il ne faut pas se dire "je n'ai pas d'expérience". L'idée est qu'on les accompagne à rentrer dans l'emploi pour éviter qu'ils soient trop nombreux et qu'ils se cumulent avec la promotion qui va sortir au mois de juin 2021."

Michèle Sallembien APEC
Michèle Sallembien APEC
Crédit: Cédric Mané

11.500 recrutements, ce volume d'offres fait que les candidats peuvent se permettre d'être exigeants, et pas que sur le salaire. Michèle Sallembien avec Cédric Mané :

"Aujourd'hui les attentes d'un cadre sont liées à l'organisation du travail: est-ce qu'il y a du télétravail? Le sens aussi donné à la collectivité par l'entreprise: le collaboratif, le lien avec les autres. On ne cherche pas seulement un salaire. On recherche aussi d'être bien dans son entreprise et des pratiques managériales qui correspondent aux attentes".

Michèle Sallembien
Crédit: Cédric Mané

Malgré ce contexte plutôt positif, le recrutement se complique avec l'âge : seuls 9% des recruteurs sont disposés à embaucher un salarié de plus de 50 ans. Des personnes, qui ont pourtant fait leurs preuves pendant le premier confinement lié à la crise sanitaire (printemps 2020) :

"On sait que les plus de 50 ans sont moins attractifs pour l'entreprise. Pour autant, on s'est aperçu qu'ils ont été un réel atout dans cette crise 2020, ils avaient déjà connu des crises et ils ont donc été beaucoup plus sereins, on espère que ça aura un impact... A nous de faire évoluer les représentations des recruteurs pour mettre en avant les atouts de recruter un cadre senior".

Dans la région, c'est à Nantes que plus de la moitié des recrutements sont programmés, assez loin devant les villes d'Angers et du Mans, qui rassemblent chacune environ 10% des offres. Les salaires sont très variables, avec une moyenne à 42.000 euros par an et des pointes à 100.000 pour les mieux payés.

Michèle Sallembien
Crédit: Cédric Mané