Le BTP manque de bras !

27 mai 2021 à 6h37 par Alexandra BRUNOIS

Image d'illustration
Image d'illustration
Crédit: Pixabay

Le bâtiment est en plein boom ! Mais voilà, il est aussi en manque de bras ! Résultat, des chantiers sont en retard, parfois même à l'arrêt, ou alors les délais s'allongent. Plusieurs milliers de postes sont à pourvoir dans l'Ouest dès maintenant... Reportage de Jules Housseau

Etat des lieux avec Raphaël Vasquez, de la fédération du BTP en Ille-et-Vilaine.

« Actuellement il y a 3 500 postes à pourvoir sur l'Ille et Vilaine et à peu près 8 000 en Bretagne dans le BTP. Toutes les entreprises recrutent aujourd'hui. Les besoins sont très importants sur les métiers de la couverture, la maçonnerie, de la charpente, plaquiste, menuiserie, électricité, plomberie, la peinture, le carrelage... On recrute aussi des profils jusqu'à ingénieur dans les bureaux, on a des personnes à bac +5, tout ce qui est conducteur de travaux, dessinateurs, métreurs... Aujourd'hui, on peut trouver dans le bâtiment sur tous les métiers, il y a tellement de besoin, quelqu'un qui veut aller dans le bâtiment il peut trouver un métier qui lui convient forcément. »


Raphaël Vasquez, de la fédération du BTP en Ille-et-Vilaine

Jusqu'à 8000 postes disponibles pour la seule Bretagne ! Pourquoi une telle pénurie de main d’œuvre ? Raphaël Vasquez, de la fédération du BTP.

« Le secteur est très dynamique en ce moment et en face on a aussi une méconnaissance des métiers du bâtiment, et aussi peu de valorisation de ce secteur. L'objectif est de montrer qu'il y a vraiment moyen de s'épanouir au niveau professionnel sur différents métiers du bâtiment. On a des entreprises qui sont prêtes à recruter même des gens qui ne sont pas formés, avec des salaires très attractifs, des conditions de travail qui sont vraiment acceptables, par rapport à d'autres secteurs. On est sur des horaires de journées, y a pas de travail le samedi, le dimanche ni la nuit évidemment. C'est pour ça qu'on fait le lien avec nos entreprises, pour permettre à des jeunes et moins jeunes de faire des stages pour découvrir nos métiers, et si les stages sont concluants de poursuivre avec d'autres contrats, notamment sur le public jeune. Il y a beaucoup de dispositifs vraiment intéressants. On essaie de faire ce travail-là. »


Raphaël Vasquez, de la fédération du BTP 35
Raphaël Vasquez, de la fédération du BTP 35
Crédit: Jules HOUSSEAU

Exemple chez Cadillac, à St Gilles près de Rennes. Romain Moreno recherche deux peintres, soit en CDI soit en alternance, mais le patron le ressent, le secteur du BTP n'attire pas vraiment.

« J'ai besoin de recruter aujourd'hui, malheureusement mon souci comme beaucoup d'entrepreneurs c'est qu'on a du mal à recruter. On peut trouver des candidats mais pas toujours avec les compétences. Dans tous les domaines du bâtiment, aujourd'hui on a du mal à trouver des gens attirés par les métiers du bâtiment. Les salaires aujourd'hui ont évolué pas mal mais ça ne fait pas tout. Il faut aussi proposer des solutions adaptées pour chaque personne selon leurs envies. Car on peut avoir des candidats qui peuvent être intéressés par le bâtiment mais si on n'a pas de postes adaptés à leurs envies, ils peuvent être dégoûtés assez rapidement en effet. »

Et d'autres rendez-vous du même genre devraient être programmés régulièrement.

Romain Moreno, gérant de l'entreprise Cadillac à Saint-Gilles
Crédit: Jules HOUSSEAU