Garde à vue prolongée pour la spectatrice imprudente du Tour de France

1er juillet 2021 à 19h31 - Modifié : 2 juillet 2021 à 4h15 par Dolorès CHARLES

Tour de France 2021
Crédit: Yann Launay-Hit West

On en sait plus sur cette spectatrice au ciré jaune qui a causé une chute, samedi, sur la première étape du Tour de France, dans le Finistère. Le point avec les gendarmes qui l'ont interrogée avec Yann Launay.

La spectatrice, âgée de 30 ans, réside à quelques kilomètres des lieux de l’accident. Sa grand-mère est allemande, d’où l’inscription sur la pancarte ("Allez Opi Omi"). Elle voulait effectivement faire un clin d’œil affectueux à ses grands-parents, face aux caméras, et s'était trop avancée sur la chaussée. Résultat : 21 coureurs blessés, notamment l'Allemand Sütterlin, victime d'une fracture au poignet. La jeune femme a fini par se présenter aux gendarmes quatre jours après l'accident.

Comment expliquer ce délai ?

Quelle justification la mise en cause a-t-elle donnée aux enquêteurs ? La réponse du Colonel Nicolas Duvinage, qui commande le groupement de gendarmerie du Finistère :

"Cette dame, sur le moment, n'a pas compris immédiatement ce qu'il s'était passé. Elle a mis quelques minutes à reprendre ses esprits. Par la suite, elle s'est rendue compte de l'ampleur médiatique du phénomène. Elle a été elle-même blessée au coude. Elle était très honteuse, et elle a pris un peu de temps à prendre son courage à deux mains et à venir nous voir..."

Colonel Nicolas Duvinage
Crédit: Yann Launay-Hit West

Plainte retirée, mais les poursuites continuent

ASO, organisateur du Tour, a annoncé retirer sa plainte, mais ce n'est pas ce qui peut annuler toute poursuite contre la jeune femme, comme l'explique le procureur de Brest, Camille Miansoni :

"Les poursuites ont aussi cette vocation, le cas échéant, de permettre aux personnes physiques victimes de cette chute de pouvoir se constituer parties civiles, si elles considèrent avoir subi un préjudice et si elles estiment pouvoir solliciter une réparation de leur préjudice. L'une des plaintes a été retirée, mais ça ne change rien à la réalité des infractions qui ont été relevées et qui pourraient être poursuivies, je parle au conditionnel parce que l'enquête n'est pas close."

Procureur de Brest, Camille Miansoni
Crédit: Yann Launay-Hit West

Le colonel appelle à la modération

La jeune femme était inconnue de la justice comme de la police. Elle présenterait une "fragilité personnelle", et serait apeurée par l'ampleur de l'affaire. Le colonel Duvinage regrette d'ailleurs un "emballement" observé sur les réseaux sociaux, et appelle à la modération :

"Notre appel à témoins a suscité plus de 4000 commentaires sur notre compte Facebook. Parmi eux, des témoignages intéressants, mais également des témoignages beaucoup moins intéressants, je dirais même des appels à la violence. Il faut garder son calme, certes il y a un blessé, il y a un émoi considérable, pour autant, il convient de garder la raison, et de laisser la justice faire son œuvre."

Le colonel Duvinage
Crédit: Yann Launay-Hit West

Le parquet de Brest a annoncé la prolongation de la garde à vue de la femme à l'origine de l'énorme chute du peloton. Elle risque jusqu'à 2 ans de prison, si la mise en danger de la vie d'autrui était retenue.